Les Etats-Unis réautorisent (très discrètement) l'importation de trophées de chasse d'éléphant et de lion

ANIMAUX - Mauvaise nouvelle pour les défenseurs des animaux, les Etats-Unis ont à nouveau autorisé l'importation de trophées de chasse depuis certains pays d'Afrique.

Alors qu’en novembre dernier, le sujet avait beaucoup fait parler aux Etats-Unis et à travers le monde, il est cette fois complètement passé inaperçu. Mercredi 7 mars, l’administration américaine a très discrètement décidé de réautoriser la possibilité pour les chasseurs de gros gibiers d’importer des défenses d’éléphants et des peaux de lion tués dans certains pays d’Afrique.

"Au cas par cas"

Ce mercredi, une note publiée par le Fish and Wildlife Service, un département supervisé par le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Ryan Zinke, a confirmé la levée de l’interdiction d’importation mise en place en 2014 par l’administration Obama. Celle-ci désormais ouverte aux trophées d’éléphants, de lions et de blesboks, un type d’antilope, venus du Zimbabwe, de la Zambie, de la Tanzanie, d’Afrique du Sud, du Botswana et de Namibie.


En revanche, contrairement à ce que le Fish and Wildlife Service avait annoncé en novembre, cette décision ne signifie pas que tous les trophées de chasse seront autorisés à entrer sur le territoire américain. Les demandes prévoient "d’autoriser ou de refuser d’importer des trophées de chasse au cas par cas" en fonction de "critères de conservation des espèces". Avant la mise en place de l’interdiction voulue par Barack Obama, l’autorisation ou le refus d’importer étaient basés sur une évaluation scientifique menée par le Fish and Wildlife Service.


Cette mesure prise par les services de Ryan Zinke a été justifiée par une décision de justice rendue par la cour d’appel des Etats-Unis pour le circuit du district de Columbia. La justice avait conclu, après une plainte de la NRA et du Safari Country Club que le Fish and Wildlife Service n’avait pas appliqué correctement les interdictions voulues par Barack Obama.

Un revirement surprenant

Cette décision prise par l’administration Trump peut surprendre vu les positions du président des Etats-Unis. En novembre dernier, le Fish and Wildlife Service avait annoncé sa volonté d’abroger les interdictions d’Obama, causant une levée de boucliers des associations de protections animales. Au bout de quelques jours, Donald Trump était revenu sur la décision suite aux réactions très négatives à l’encontre de cette mesure.

"Il sera très difficile de me faire penser autre chose que le fait que ce spectacle d’horreur aide de quelque façon que ce soit à la conservation des éléphants ou de tout autre animal", tweetait-il. Une déclaration qui avait entraîné le gel de la mesure.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter