Les Etats-Unis rouvrent leurs portes aux réfugiés, sauf pour 11 pays

Les Etats-Unis rouvrent leurs portes aux réfugiés, sauf pour 11 pays
International

Toute L'info sur

Le "Muslim Ban" de Donald Trump

IMMIGRATION - Après quatre mois de suspension controversée, les Etats-Unis vont de nouveau accepter des réfugiés sur leur sol. Onze pays à "haut risque" restent cependant exclus.

Le "travel ban", le tristement célèbre décret anti-immigration, avait fait polémique dès sa signature par Donald Trump lors de son arrivée à la Maison-Blanche. Suspendu par plusieurs décisions de justice puis partiellement restauré en juin par la Cour Suprême, il permettait aux autorités américaines de bloquer l’accès au territoire américain pendant trois mois aux ressortissants de six pays (Syrie, Libye, Iran, Soudan, Somalie et Yémen) et quatre mois aux réfugiés du reste du monde. Le temps de mettre en place des procédures de vérifications renforcées.

Mardi, la Maison-Blanche a indiqué que ces mesures ont permis de revoir les méthodes de vérifications des antécédents des voyageurs et "rendu notre nation plus sûre". Le système d’admission des réfugiés a donc été relancé, selon un nouveau décret signé par le président américain. Des études approfondies de leur présence sur les réseaux sociaux et de leur historique de connections seront notamment mises en place, a expliqué une responsable des services d’immigration.

Lire aussi

10 pays à majorité musulmane et la Corée du Nord toujours exclus

Cependant, 11 pays classés à "haut risque" sont toujours interdits de territoire pour 90 jours. Si l’administration a refusé de les énumérer, elle a renvoyé à une liste datant de la présidence Obama, en 2015, qui désignait les pays dont les ressortissants devaient être étudiés plus attentivement.

Selon des organisations s’occupant de réfugiés, il s’agirait de la Corée du Nord, l’Egypte, l’Iran, l’Irak, la Libye, le Mali, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et le Yémen. Des pays à majorité musulmane, à l’exception du premier cité. Certains cas spéciaux provenant de ressortissants de ces pays pourront être étudiés, sans que les circonstances aient été précisées par l’administration.

En vidéo

Un mur à la frontière avec le Mexique : Trump déjà fier des premiers prototypes

45 000 admissions autorisées pour 2018

Le nouveau décret inclut par ailleurs une coupe importante dans le nombre d’admissions de réfugiés. Si Obama avait fixé la limite à 110 000 pour l’année fiscale 2017, Trump l’avait baissé à 53 000, avant de passer cette fois à 45 000 pour 2018. Sur les 53 716 personnes acceptées en 2017, 22 150 venaient de Syrie, d’Irak, d’Iran et de Somalie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent