Les glaciers de l'Himalaya fondent deux fois plus vite qu'il y a quarante ans

International

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE - En quarante ans, la chaîne de l'Himalaya a perdu un quart de sa glace. Ce phénomène alarmant lié au réchauffement climatique devrait s'aggraver, selon des chercheurs qui ont établi que la glace dans la région fondait deux fois plus vite qu'au siècle dernier.

3,2 millions de piscines olympiques, ou 8 milliards de tonnes d’eau. C’est ce que les glaciers de l’Himalaya ont perdu entre 2000 et 2016, délestés de 45 centimètres de glace par an. Une fonte deux fois plus importante que sur la période 1975-2000, établit un rapport publié cette semaine dans la revue Science Advances. 

Ces résultats sont corrélés "à la hausse des températures due au changement climatique et la fonte des glaces [dans la région]", a affirmé Joshua Maurer, auteur principal de cette étude et chercheur à l’Observatoire de la terre à l’Université de Columbia (Etats-Unis). Des changements qui ont un impact direct et dangereux sur les populations voisines de la chaîne montagneuse.

Un degré Celsius en plus : un "énorme changement"

En 40 ans, les températures dans la région ont augmenté d’un degré Celsius par rapport à celles enregistrées entre 1975 et 2000 selon le rapport. "Au milieu de la dernière période glacière, la température annuelle moyenne était de 3 degrés Celsius plus froide", rappelle le Joshua Maurer. 

Un phénomène qui a provoqué un "énorme changement", puisque le scientifique estime qu’un quart de la glace de la chaîne montagneuse a été perdu en 40 ans. 

L’équipe de chercheurs est arrivée à ces conclusions après l’analyse de quarante ans d’observations satellites de l’Inde, de la Chine et du Bouthan. Les images de satellites espions américains, de meilleure qualité, leur ont notamment été d’une aide précieuse. Ils ont ensuite pu comparer les données de la première période avec les données plus récentes récoltées via les satellites de la Nasa.

Lire aussi

Les populations menacées

Cette fonte accélérée des glaciers n’est pas sans conséquences sur les populations locales, réparties de part et d’autre des 2000 kilomètres de la chaîne montagneuse. Ces quelques 800 millions de personnes dépendent directement des eaux de ruissellement pour l’irrigation, l’hydroélectricité ou l’eau potable. 

Or, lorsque la glace fond, elle forme de grands lacs glaciaires qui menacent de "s’effondrer et provoquer d’énormes inondations", explique Joshua Maurer. Pour le moment, la fonte provoque ce type de dégâts, mais à terme les scientifiques prévoient une diminution progressive et constante de la masse des glaciers. Résultat : à long terme, la région subira des périodes de sécheresses, à mesure que le réservoir glaciaire s’épuisera. 

Partout dans le monde, le corps scientifique alerte sur la fonte des glaces. Une des régions les plus touchées est l’Arctique. Mardi 18 juin,  une fonte inhabituelle au niveau du Groenland a encore été enregistrée : la calotte glaciaire aurait perdu 2 milliards de tonnes de glace en deux jours seulement.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter