Les indices qui accréditent la thèse du missile après le crash d'un Boeing en Iran

Les indices qui accréditent la thèse du missile après le crash d'un Boeing en Iran
International

Toute L'info sur

Iran - Etats-Unis : l'inquiétante escalade

ACCIDENT - L'Iran a catégoriquement nié vendredi 10 janvier la thèse selon laquelle le Boeing 737 qui s'est écrasé deux jours plus tôt près de Téhéran a été touché par un missile. Cette piste est pourtant privilégiée par plusieurs pays, arguments à l'appui.

Beaucoup d'interrogations mais une certitude. Le Canada a assuré, jeudi 9 janvier, que le Boeing 737 qui s'est écrasé ce mercredi près de Téhéran, avait sans doute été abattu par un missile iranien. Un crash aux conséquences dramatiques – 176 personnes sont mortes – et qui fait l'objet de spéculations que les autorités espèrent lever avec une "enquête approfondie". 

"Nous avons des informations de sources multiples, notamment de nos alliés et de nos propres services", qui "indiquent que l'avion a été abattu par un missile sol-air iranien", a déclaré Justin Trudeau lors d'une conférence de presse. "Ce n'était peut-être pas intentionnel", a-t-il ajouté. "Ces informations vont sans aucun doute provoquer un nouveau choc aux familles déjà endeuillées par cette tragédie sans nom", a poursuivi le Premier ministre. Pour lui, ces derniers développements renforcent "la nécessité d'une enquête approfondie", à laquelle il souhaite que le Canada soit associé.

Lire aussi

Une vidéo d'une vingtaine de secondes

Une enquête à laquelle Donald Trump a déjà promis de participer. Il faut dire que les services américains semblent déjà bien informés sur le drame, distillant au compte-gouttes dès jeudi plusieurs détails. Notamment la captation d'un signal radar iranien localisant l'avion. Puis, quelques secondes plus tard, le repérage par des satellites américains de deux missiles à courte portée, tirés depuis le sol et s'approchant de l'avion avant d'exploser. Les services américains auraient aussi interceptés une communication entre Iraniens, confirmant que des missiles ont fait s'écraser l'avion ukrainien. 

Autre argument sur lequel s'appuie le Canada : une vidéo d'une vingtaine de secondes, qui montrerait le moment où un missile frappe l'appareil. La séquence a été largement diffusée sur les réseaux sociaux. Sur les images, on peut voir un objet lumineux grimpant rapidement vers le ciel et frappant ce qui semble être un avion. La vidéo, qui n'a pas pu être formellement authentifiée, a été publiée par plusieurs médias, dont le New York Times sur son site internet. Pour accréditer la thèse d'un tir de missiles, accidentel ou non, les autorités canadiennes fondent également de grands espoirs dans l'étude des boîtes noires de l'appareil. Une cinquantaine d'experts ukrainiens sont arrivés à Téhéran pour participer à l'enquête et notamment au décryptage de ces boîtes.

Malgré les éléments à charge qui s'accumulent ces dernières heures, l'Iran campe sur sa position. "Une chose est sûre, cet avion n’a pas été touché par un missile", a répété, ce vendredi  Ali Abedzadeh, président de l'Organisation de l'aviation civile iranienne (CAO).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent