Les Russes indignés de la destruction de tonnes de produits alimentaires occidentaux

International

"FROMAGICIDE" - Fromages, pêches, bacon... Les autorités russes ont détruit jeudi devant les caméras plus de 300 tonnes de produits alimentaires occidentaux, à l'occasion l'anniversaire de l'entrée en vigueur de l'embargo russe. La mesure a choqué de nombreux Russes, qui auraient préféré que la nourriture saisie soit redistribuée.

Des camions entiers de pêches ou de fromages déversés et écrasés sous les roues des bulldozers… Des dizaines de cartons de bacon partant en fumée dans des incinérateurs… Les autorités russes ont détruit jeudi des centaines de tonnes de produits alimentaires occidentaux interdits. Une initiative très médiatisée visant à marquer le premier anniversaire de l’embargo russe, introduit en 2014 en réponse aux sanctions de l'Union européenne et des Etats-Unis contre la Russie sur fond de crise en Ukraine.

Destruction de quelque 319 tonnes de produits alimentaires

Alors que jusque là, les produits sous embargo saisis - que ce soit à la frontière ou dans les magasins - étaient seulement renvoyés dans leur pays d'origine, Moscou a en effet décidé qu’ils devaient désormais être détruits sur place par les autorités. "A partir d'aujourd'hui, les produits agricoles, matières premières ou nourriture venant d'un pays ayant imposé des sanctions à la Russie ou à ses citoyens (...) et qui sont interdits sur le territoire russe doivent être détruits", a annoncé le ministère russe de l'Agriculture dans un communiqué, conformément aux ordres du président Vladimir Poutine. Car les produits alimentaires européens n’ont pas vraiment disparu des étals russes depuis un an. Si l’entrée en vigueur de l’embargo pénalise effectivement les producteurs de l’Union européenne, un certain nombre de produits ont été ré-étiquetés sous de faux certificats, indiquant une provenance d’un pays hors UE, la Turquie par exemple.

Parmesan, fromage hollandais, porc, pommes et carottes polonaises, entre autres fruits et légumes… Les médias ont relayé toute la journée les annonces de produits "de contrebande" et de leur destruction. La chaîne d’information russe RT diffusait par exemple des images de la destruction au bulldozer de tonnes de fromages, ce qu'elle a qualifié de " fromagicide ". Cette médiatisation aurait d'ailleurs été souhaitée par le Kremlin, selon le Guardian , puisque l’ordre donné par Vladimir Poutine indiquerait que la nourriture "doit être détruite devant des témoins, et l’action doit être filmée, pour empêcher la corruption". Au total, à la fin de la journée, quelque 319 tonnes de nourriture ont été détruites, indique l’AFP. Une mesure nécéssaire, a affirmé le ministre de l'Agriculture Alexander Tkatchev, arguant que ces produits étaient de "qualité douteuse".

Une pétition pour appeler à redistribuer la nourriture

Mais l’initiative a choqué en Russie, alors que ces denrées auraient pu être redistribuées. Le souvenir des pénuries alimentaires n’est pas très loin dans le pays, où le taux de pauvreté est d’environ 16%: les dernières livraisons d’aide alimentaire à la Russie remontent à 1998, rappelle le New York Times . D’autant plus qu’avec la chute du rouble -la monnaie russe a atteint jeudi un de ses plus bas niveaux depuis près de cinq, mois, l'euro dépassant le seuil psychologique des 70 roubles - le taux d’inflation avoisine les 20%. Le quotidien économique Vedomosti a par exemple fustigé dans un éditorial une "barbarie ostentatoire" et une "guerre absurde contre la nourriture en période de crise économique", rapporte l’AFP. Le chef du Parti communiste russe Guennadi Ziouganov, habituellement conciliant avec le Kremlin, avait déjà dénoncé mercredi une "mesure extrême" tandis que l'avocat Evguéni Bobrov, membre du Conseil des droits de l'Homme du Kremlin, pointait du doigt "une proposition arbitraire".

Mais surtout, une pétition a été lancée sur le site Change.org demandant l’annulation du décret sur la destruction de nourriture et la redistribution des produits saisis aux citoyens russes défavorisés, "aux anciens combattants, aux handicapés, aux familles nombreuses et à ceux qui ont souffert des récents désastres naturels". Vendredi, elle avait été signée par plus de 310.000 personnes. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a fait savoir jeudi que le gouvernement tiendrait compte de la pétition, selon le média d’etat Itar-Tass, cité par NPR, tout en demandant aux médias de "ne pas éxagérer le problème" car cette nourriture était "de la pure contrebande".

Lire et commenter