Les victimes présumées de Jeffrey Epstein crient leur colère lors d'une audience : "Vous devez continuer à enquêter !"

International

Toute L'info sur

Jeffrey Epstein, le milliardaire qui exploitait sexuellement des mineures

AFFAIRE EPSTEIN - Malgré le suicide de Jeffrey Epstein dans sa cellule, une audience s'est tenue à New York ce mardi 27 août pour entendre les témoignages d'une douzaine de ses accusatrices. Traumatisées par les abus sexuels qu'elles disent avoir subi, elles ont demandé aux procureurs présents de continuer les enquêtes sur les collaborateurs du financier américain.

Des traumatismes, de la détresse, mais aussi beaucoup de colère et de frustration. Les accusatrices de Jeffrey Epstein, entendues lors d'une audience, ont exprimé leur ressentiment face à l'absence de ce dernier, mort en prison il y a deux semaines. Plus d'une douzaine de victimes présumées du riche homme d'affaires américain ont pris la parole, depuis l'estrade de la salle d'audience fédérale de Manhattan ce mardi 27 août.

Pendant plus d'une heure devant le tribunal, les récits sur Jeffrey Epstein et ses agressions se sont succédé. Certains témoignages ont été livrés à visage découvert, d'autres ont été livrés anonymement, par l'intermédiaire d'avocats ou de lettres. Mais la plupart des témoignages "ont été livrés dans les larmes", comme l'écrit The New York Times, qui raconte cette audience.

Les plaignantes blâment les errements de la justice américaine

Si elles ont eu la possibilité de livrer leur témoignage lors d'une procédure officielle, la justice ne pourra rien faire de plus. Beaucoup de ces femmes ont ainsi exprimé leur indignation face au suicide de Jeffrey Epstein, qui les prive de la possibilité de le confronter devant un tribunal. "Pour cela, c'est un lâche, a déclaré l'une de ses victimes présumées, Courtney Wild. Je suis très triste et en colère. La justice n'a jamais été rendue dans cette affaire".

Courtney Wild fait notamment référence à la protection dont Jeffrey Epstein a bénéficié. Dès 2008, il avait échappé aux poursuites judiciaires fédérales en Floride pour des accusations similaires. Il avait alors conclu un accord très critiqué avec un procureur fédéral, grâce auquel il s'est vu infliger une peine minime de treize mois après avoir plaidé coupable pour incitation à la prostitution sur des mineures.

Suite à cette première condamnation, il avait été inscrit au fichier des délinquants sexuels, mais ses agissements n'avaient visiblement pas été surveillés. Une plaignante anonyme a déclaré pour sa part que M. Epstein "l'avait faite victime une seconde fois" en se suicidant. "C’était comme un nouveau traumatisme", a-t-elle déclaré.

Lire aussi

Un appel "à continuer l'investigation" malgré le suicide d'Epstein

Plusieurs accusatrices de Jeffrey Epstein ont raconté avoir été forcées "très tôt" à avoir des relations sexuelles tarifiées avec lui, puis avoir été contraintes de continuer à le voir régulièrement. "Ce sont des choses auxquelles beaucoup de filles peuvent s'identifier", a déclaré une autre femme s'exprimant anonymement. "Un changement doit s'opérer."

De nombreuses victimes présumées s'étant exprimées lors de l'audience se sont tournées vers les procureurs à l'issue de leur laïus, pour les encourager à poursuivre leurs enquêtes sur les complices de Jeffrey Epstein. Selon elles, ses employés et ses collaborateurs auraient largement contribuer à attirer des dizaines d'adolescentes et jeunes femmes manipulables vers le stratagème du financier américain. "S'il vous plaît, terminez ce que vous avez commencé", a notamment déclaré Sarah Ransome, qui parlait à visage découvert.

Lire aussi

Au delà de ces témoignages, c'est l'intérêt public pour cette triste affaire qui a incité la justice à poursuivre. La semaine suivant le décès de Jeffrey Epstein, les procureurs fédéraux affirmaient qu'ils prévoyaient de mettre fin aux poursuites pénales dirigées contre lui. Mais le juge Richard M. Berman, qui devait donner son approbation, a préféré programmer l'audience de ce mardi et inviter les victimes à prendre la parole, après avoir constaté l'émoi international provoqué par les témoignages dans la presse.

A l'issue de l'audience, les procureurs ont assuré au tribunal que l'enquête se poursuivrait sur d'autres personnes soupçonnées d'avoir aidé Jeffrey Epstein dans son organisation de trafic sexuel. Selon la déclaration de la procureure Maurene Comey, le rejet de l’affaire de M. Epstein "n’interdit en aucune manière l’enquête en cours du gouvernement sur d’autres co-conspirateurs potentiels, ni n’empêche la présentation d’une nouvelle affaire à l’avenir". Elle a ajouté que ces enquêtes "étaient en cours, restaient en cours et se poursuivraient".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter