"J'ai peur que le système implose complètement" : Beyrouth, la catastrophe de trop

"J'ai peur que le système implose complètement" : Beyrouth, la catastrophe de trop
International

CRISE - Pour des Libanais, exsangues, qui assistaient impuissants à l'effondrement économique et social de leur pays, les explosions dévastatrices du port de Beyrouth sont la catastrophe de trop. Ancien correspondant au Liban, Jean-Marie Quéméner, y a vécu de nombreuses années. Il témoigne sur LCI.

Au lendemain des explosions au port de Beyrouth, qui ont tué plus de 100 personnes mardi, provoquant des destructions sans précédent, les ONG s'attendent au pire. Selon le gouverneur de la capitale Marwan Abboud, jusqu'à 300.000 personnes se retrouvent sans domicile ce mercredi dans la capitale libanaise, estimant le coût des dommages à plus de trois milliards de dollars. 

Depuis plusieurs mois déjà, un nombre toujours croissant de Libanais frappés par le naufrage économique se tournaient vers les organisations humanitaires. Il faut dire que l'inflation des produits alimentaires de base avait grimpé en flèche 

atteignant les 109% entre septembre et mai, selon le Programme Alimentaire mondial (PAM). Et la débâcle a encore été amplifiée par le nouveau coronavirus. Deux ménages libanais sur trois ont connu une baisse de revenus, tandis que 

42% des interrogés se sont endettés pour acheter à manger ou payer un loyer par exemple, selon le PAM.

Jean-Marie Quéméner, ancien correspondant à Beyrouth, explique à LCI comment le Pays du Cèdre en est arrivé là. 

1 million et demi de réfugiés syriens

LCI : Cette explosion à Beyrouth, c'est la catastrophe de trop dans un pays déjà exsangue ?

Jean-Marie Quéméner : Le Liban n'en peut plus. Je ne parle même pas de la guerre du Liban qui a endeuillé le pays durant 15 ans. Parlons directement de la guerre en Syrie. En 2011, 1 millions et demi de réfugiés syriens débarquent au Liban, dans un pays de 4 millions d'habitants. Imaginez 19 millions de réfugiés en France, en gros ça revient au même. Conséquence, rien ne va plus ; l'économie s'effondre, il y a des émeutes et la société civile n'est pas écoutée. Ensuite, il y a des négociations avec le FMI car le Liban est un pays en faillite. Mais elles tournent court. Deux mois de négociations, 16 séances pour qu'à l'arrivée le FMI claque la porte en disant que le pays doit d'abord régler ses problèmes. 

En fait, le Liban se fait saigner par tous les bouts, mais il se saigne aussi lui-même. Le système politique libanais est un tonneau percé dans lequel les étrangers en ont un peu marre de mettre de l'argent. Un tonneau percé mais les tuyaux arrivent dans chaque parti politique, chaque cacique libanais, et ce sont les mêmes depuis 30 ou 40 ans. Le Liban souffre et ne mérite ni sa classe politique, ni ce qui se passe aujourd'hui.

90 milliards de dollars de dettes publiques

Le pays et les habitants vivent à bout de nerfs depuis tellement longtemps qu'ils sont peut-être arrivés au bout de leur résistance ?

Ou au bout de leur résilience. En fait les Libanais sont résilients au possible, ils nous l'ont montré et il faut être sérieusement inhumain pour ne pas les avoir admiré bien des fois. Il faut savoir que 35% de la population active libanaise vit sous le seuil de pauvreté. Autre exemple, la monnaie locale c'est la livre libanaise. Avant, il y avait une parité avec le dollar, 1 livre était égale à 1 dollar, mais cela est terminé depuis bien longtemps. Maintenant le change officiel c'est 1500 livres libanaise pour 1 dollar. Et si vous allez au marché noir et que vous voulez échanger de l'argent, vous en êtes désormais à 10.000 livres libanaise pour 1 dollar. C'est énorme. Les gens ne peuvent même plus se payer de légumes. On assiste même à des faits-divers sordides de braquage pour des couches-culottes ! J'ai peur que le système implose complètement. Le Consulat français n'a d'ailleurs jamais reçu autant de demandes d'expatriation de la part des Libanais. 

Lire aussi

Sur qui peuvent-ils compter pour s'en sortir ?

Ils ne peuvent pas compter sur la Syrie, ça c'est sûr. Les pays du Golfe ont eux-mêmes leurs petits problèmes économiques, donc ils les aident beaucoup moins. Et du côté de la France, Jean-Yves Le Drian avait une bonne formule en disant : 'aidez-nous à vous aider'. Lundi, le ministre des Affaires étrangères libanais a démissionné en expliquant qu'il craignait que son pays soit en faillite étatique. En fait, le Liban est devenu un concept. Ca n'est plus un pays au sens gouvernance administrative et politique. Il s'est totalement délité. A ce propos, il y a une histoire drôle qui circule au Liban : c'est un homme qui est dans le coma et qui se réveille 40 ans après, et on lui explique où en est la situation politique, et ce dernier répond : 'en fait je n'étais pas dans le coma'. Ca fait 40 ans que ça n'a pas bougé.

Enlevez le clientélisme et la corruption et vous n'avez plus de dette publique au Liban- Jean-Marie Quéméner

La jeunesse attend du renouveau, quand va-t-il arriver, selon vous ?

Il arrivera par la jeunesse peut-être, mais attention quelle jeunesse ? Celle de Beyrouth et des grandes villes libanaises, oui. Mais les campagnes, non. Le clientélisme s'appuie sur les campagnes. Le Liban est un état totalement composite. Ce sont en fait une succession de fiefs, sans roi avec des baronnies qui se tapent dessus à longueur de temps. Et le problème c'est que les barons commencent à être très vieux, mais ils sont riches et veulent continuer à être très riches. Pour étayer ce que je dis, un autre chiffre : le Liban c'est 90 milliards de dollars de dettes publiques, c'est deux fois leur PIB. Les organisations internationales estiment qu'il y a 85 milliards de dollars qui sont partis, dans ce qu'ils appellent les méandres financiers, c'est-à-dire pots-de-vin et clientélisme. Enlevez le clientélisme et la corruption et vous n'avez plus de dette publique au Liban.

Un témoin a très justement dit : 'si vous donnez, faites-le aux ONG'. Pourquoi ? Parce que si on donne par les canaux habituels, ça n'arrivera jamais. Ou peut-être 5% de la somme arrivera. Il faut que le Liban se réforme.

Toute l'info sur

Le Liban meurtri par les explosions à Beyrouth

Les dernières informationsLes images terribles de la double explosion

Retrouvez ici les dernières informations sur les explosions à Beyrouth.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent