Libye : le chef djihadiste Mokthar Belmokhtar est-il mort ?

International
DirectLCI
INCERTITUDE - Le gouvernement libyen a annoncé dimanche soir la mort du cerveau de la prise d'otages du site gazier d'In Amenas, en Algérie en 2013, dans une frappe aérienne américaine. Une information qui n'a pas été confirmée par Washington.

Mokhtar Belmokhtar, chef djihadiste lié à Al-Qaïda et cerveau de la meurtrière prise d'otages du site gazier algérien d'In Amenas en 2013, a été tué par une frappe aérienne américaine en Libye, a annoncé dimanche soir le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale. Le Pentagone a indiqué à Washington que le terroriste avait bien été la cible d'une frappe américaine, mais n'a pas confirmé sa mort. "Nous continuons à évaluer les résultats de l'opération et fournirons plus de précisions de manière appropriée", a déclaré dans un communiqué le colonel Steve Warren, porte-parole du Pentagone.

En visite officielle en Algérie, François Hollande est lui aussi resté prudent lundi soir sur le sort de Belmokhtar, selon une journaliste sur place :

"Des avions américains ont mené une opération qui a abouti à la mort de Mokhtar Belmokhtar et d'un groupe de Libyens appartenant à une organisation terroriste dans l'est de la Libye", ont indiqué les autorités libyennes sur leur page Facebook, ajoutant que la frappe a eu lieu "après consultation avec le gouvernement intérimaire libyen".

Un "terroriste liée à Al-Qaïda" ciblé

Quelques heures plus tôt à Washington, le Pentagone avait annoncé que l'armée américaine avait mené une frappe dans la nuit de samedi à dimanche contre une cible "terroriste liée à Al-Qaïda" en Libye. Le nom de Mokhtar Belmokhtar n'a en revanche jamais été avancé.

L'agence libyenne Lana, citant un responsable du gouvernement reconnu par la communauté internationale, a précisé que "la frappe de l'armée de l'air américaine a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans une ferme (…) à Ajdabiya, à 160 km à l'ouest de Benghazi, chef lieu de l'Est libyen, où Belmokhtar tenait une réunion avec d'autres chefs de groupes extrémistes, dont des membres d'Ansar Asharia", une organisation classée terroriste par l'ONU.

À LIRE AUSSI >> Cinq choses à retenir des documents déclassifiés de Ben Laden

Sur les réseaux sociaux, des comptes jihadistes ont fait état de 7 morts dans le raid. Une page Facebook d'un groupe islamiste à Ajdabiya a publié dès dimanche matin des photos de corps ainsi que les noms des personnes tuées, sans aucune référence à Belmokhtar. Des combats meurtriers ont eu lieu par ailleurs autour de l'hôpital de la ville, les jihadistes ayant tenté, en vain, de prendre le contrôle de l'établissement, aux mains de milices locales, pour soigner leur blessés, selon des témoins.

Déjà donné pour mort en 2013

L'information est néanmoins à prendre au conditionnel, Mokhtar Belmokhtar ayant déjà été donné pour mort par le Tchad en avril 2013. À peine un mois plus tard, le djihadiste avait revendiqué un double attentat-suicide au Niger qui avait fait une vingtaine de morts.

À LIRE AUSSI >> Libye : les djihadistes de Daech affirment avoir conquis Syrte

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter