Libye : un ingénieur français tué à Benghazi

Libye : un ingénieur français tué à Benghazi

DirectLCI
LIBYE - Un Français a été tué par balles dimanche à Benghazi. Une attaque qui n'a pas été revendiquée mais qui vient s'ajouter à la longue liste de celles perpétrées contre les expatriés et les intérêts occidentaux depuis la chute de Kadhafi en 2011.

Les armes ont une nouvelle fois parlé dans la deuxième ville de Libye faisant une victime française. Dimanche, à Benghazi, Patrice Réal, 49 ans, a été atteint par trois balles alors qu'il se trouvait dans une voiture en compagnie d'un chauffeur algérien. Cet ingénieur travaillait pour la compagnie Ideal Medical Project Engineering (IMPE), chargée des travaux d'extension d'un hôpital. Un "assassinat condamné avec la plus grande fermeté" par le quai d'Orsay qui a demandé que les auteurs soient "recherchés et condamnés dans les meilleurs délais".

Attaques en série

L'ex-consul honoraire de France à Benghazi, Jean Dufriche, avait lui-même réchappé à une tentative d'assassinat en juillet 2013 alors qu'il était à la tête de la mission de coopération dans cet hôpital. Le porte-parole des services de sécurité de la ville a par ailleurs indiqué que cinq corps non identifiés "portant des marques de tortures" avaient également été retrouvés ce dimanche à une cinquantaine kilomètres de là.

Plus une semaine ne passe dans l'est du pays, fief de groupes islamistes, sans que des intérêts occidentaux ou des expatriés ne soient la cible d'attaques. La semaine dernière, les corps de sept chrétiens égyptiens avaient été découverts près d'une plage de Benghazi. Le 11 septembre 2012, l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye, Chris Stevens, et trois autres Américains étaient tués lors d'un attentat à Benghazi. Moins d'un an après, à Tripoli cette fois, c'était l'ambassade de France qui était visée. Depuis la chute du régime de Kadhafi en 2011, les autorités peinent à mettre en place une armée et une police capables de restaurer l'ordre dans le pays où une grande quantité d'armes issues du conflit circulent encore.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter