Liens avec la Russie : Michael Flynn reconnait avoir menti, Donald Trump dément qu'il y ait eu collusion

International
INGÉRENCE - L'ancien conseiller à la sécurité nationale du président américain, Michael Flynn, est accusé d'avoir menti au FBI sur ses liens avec la Russie. Il a plaidé coupable et accepte de coopérer avec la justice.

"Coupable, votre honneur". Dans le box des accusés d'un tribunal fédéral de Washington, accusé d'avoir menti au FBI sur la nature de ses contacts avec Moscou, Michael Flynn a plaidé coupable ce vendredi. L'ancien conseiller à la sécurité intérieur de Donald Trump est le premier haut responsable passé par la Maison Blanche à  avoir été inculpé dans la vaste enquête sur l'ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle américaine.


Cette inculpation pourrait accélérer le travail du procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur des liens présumés entre des proches de Donald Trump et des responsables russes. Michael Flynn, nouvellement inculpé, a en tout cas accepté de collaborer avec la justice. 

Il a admis avoir agi sur les instructions d'un "très haut responsable" de l'équipe de Donald Trump

Cet ancien directeur du renseignement militaire américain était notamment accusé d'avoir fait des fausses déclarations aux enquêteurs sur ses conversations avec l'ambassadeur de Russie, Sergueï Kisliak. Il a admis avoir agi sur les instructions d'un "très haut responsable" de l'équipe de Donald Trump, sans donner son nom.


"J'admets que les actions que j'ai admises aujourd'hui devant le tribunal constituent une grave erreur", a écrit Michael Flynn, et de poursuivre : "J'accepte l'entière responsabilité de mes actions."


Michael Flynn, 58 ans, est connu pour son indulgence avec la Russie et sa ligne très dure face à l'extrémisme islamique. Il fit preuve d'une extrême virulence durant la campagne où il encourageait les foules à crier "Enfermez-là !" à chaque évocation de la démocrate Hillary Clinton. Il avait été poussé à la démission moins d'un mois après sa nomination à la Maison Blanche.

Ce nouveau rebondissement pose de nombreuses questions : quelles informations Michael Flynn s’est-il engagé à communiquer aux enquêteurs ? A-t-il de quoi incriminer directement des proches de Donald Trump, voire le président lui-même ?


Cette annonce a déjà eu une conséquence : le Dow Jones a baissé de plus de 1%, avant de réduire ses pertes. L'administration Trump a immédiatement tenté de minimiser le rôle de M. Flynn au sein de son équipe. "Il n'y a eu absolument aucune collusion", a répliqué le président aux journalistes depuis la Maison Blanche. "Rien dans le plaider coupable ou les chefs d'inculpation n'implique d'autres personnes que M. Flynn", a indiqué Ty Cobb, le conseil de la Maison Blanche, soulignant, dans une formulation alambiquée, que M. Flynn n'avait été conseiller que pendant 25 jours et en le qualifiant d'"ancien de l'administration Obama".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter