L'Irak au bord de l'effondrement

International
CONFLIT - Des groupes djihadistes ont conquis une bonne partie du nord-ouest de l'Irak. Une offensive éclair qui menace d'effondrement le gouvernement chiite de Nouri al-Maliki. Ce dernier a répliqué en décidant d'armer la population civile.

La journée de lundi est à marquer d'une pierre noire pour le gouvernement irakien. Des groupes djihadistes menés par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui contrôle déjà la ville de Falloujah, à l'ouest de Bagdad, ont conquis en une journée seulement la province de Ninive et sa capitale Mossoul – deuxième ville du pays –, deux secteurs de la province de Salaheddine et des parties de celle de Kirkouk. Tous ces territoires sont situés dans le nord-ouest de l'Irak, à proximité de la frontière avec la Syrie , où opère également l'EIIL.

La rapidité la conquête témoigne de l'effondrement complet des structures gouvernementales dominées par les chiites dans ces zones à majorité sunnite. Il a suffi à l'EIIL de quelques centaines d'hommes armés pour s'emparer de Mossoul. "Toutes les unités militaires ont quitté la ville et les habitants ont commencé à fuir" par milliers vers la région autonome du Kurdistan, a indiqué un officier de haut rang.

Des armes aux civils

Face à cette offensive éclair, le gouvernement chiite de Nouri al-Maliki a annoncé "une cellule de crise pour superviser le volontariat et l'armement" des citoyens prêts à combattre l'insurrection. Une distribution d'armes aux civils qui apparaît comme une mesure de la dernière chance alors que sur le terrain, des centaines de familles ont pris le chemin de l'exode, notamment en direction de la province autonome du Kurdistan.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit, lui, "très inquiet" de cette avancée des djihadistes, tandis que Washington soulignait que l'EIIL "représente une menace pour la stabilité (...) de toute la région". Reste à savoir également quelle position adoptera l'Iran, soutien du gouvernement Maliki et du régime de Damas, ennemis jurés de l'EIIL.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter