Loi anti-transgenres : "la bataille des toilettes" fait rage aux Etats-Unis

Loi anti-transgenres : "la bataille des toilettes" fait rage aux Etats-Unis

DISCRIMINATIONS - Depuis un mois, la Caroline du Nord exige des transgenres qu'ils utilisent dans les lieux publics les toilettes correspondant à leur sexe de naissance. Une décision qui a suscité un vif débat dans le pays, associations et entreprises s'affrontant sur ce sujet brûlant qui retentit jusqu'à Washington.

Il y a quelques jours, Sarah McBride a posté un ie sur Instagram . Une photo insolite, prise depuis des toilettes pour femmes en Caroline du Nord. Mais surtout illégale : depuis quelques semaines, l'Etat impose aux personnes transgenres l'utilisation de toilettes publiques correspondant à l'identité sexuelle à la naissance. Or, Sarah était auparavant un homme. Et comme elle, ils sont des milliers à s'être emparés de ce débat qui retentit désormais jusqu'à Washington.

Une initiative qui donne des idées

Tout a débuté fin mars quand le gouverneur de la Caroline du Nord, le républicain Pat McCrory, a ratifié une loi empêchant toute collectivité locale de l'Etat de prendre de nouvelles mesures anti-discriminatoires. Au passage, le texte a ainsi imposé l'utilisation des toilettes publiques correspondant à l'identité sexuelle. Cette mesure a donné des idées au voisin du Mississipi, qui a emboîté le pas en avril. Et dans des régions conservatrices comme au Texas, plusieurs autres législations similaires ont été adoptées ou envisagées.

EN SAVOIR + >>  Aux Etats-Unis, le grand retour de la discrimination sexuelle

Comment expliquer ce qui peut s'apparenter à un retour en arrière ? Pour les partisans de ces mesures, il s'agirait simplement d'une solution pour protéger les femmes des prédateurs sexuels. Mais selon les groupes de protection des droits civiques, la réalité serait tout autre : il s'agirait d'un prétexte pour préserver le conservatisme de ces régions du sud américain. Aux alentours de l'arrêt historique de la Cour suprême ayant légalisé le mariage homosexuel fin juin 2015, plusieurs Etats conservateurs ont en effet cherché à faire évoluer leurs lois pour permettre à leurs administrés de contourner cette évolution.

Les vedettes s'en mêlent

En attendant l'adoption d'autres législations, la "bataille des toilettes", elle, a démarré. Les associations de défense des transgenres et homosexuels et plusieurs entreprises et vedettes sont vent debout : la société de paiements par internet PayPal le mois dernier a annulé son projet d'ouvrir un centre en Caroline du Nord qui emploierait 400 personnes. Des vedettes comme Bruce Springsteen, Ringo Starr ou le groupe Pearl Jam ont également annulé des concerts. La ville de New York a de son côté promulgué un décret pour assurer que l'accès aux toilettes publiques de la ville serait accessibles selon l'identité de genre, et la chaîne de supermarchés Target a publié un communiqué allant dans le même sens.

"La dignité et le respect de nos concitoyens sont en jeu"

L'administration Obama n'est pas en reste, n'hésitant pas se montrer menaçante à envisageant de couper les fonds fédéraux de la Caroline du Nord. La ministre de la Justice Loretta Lynch a aussi annoncé lundi que son ministère saisissait la justice fédérale. "Cette action a une portée dépassant nettement le cadre des toilettes. En jeu sont la dignité et le respect de nos concitoyens", a-t-elle affirmé, en traçant un parallèle avec les lois qui avaient introduit la ségrégation raciale dans le pays.

Face à cette levée de boucliers, la ville d'Oxford, en Alabama, a préféré revenir sur une ordonnance similaire à celles de Caroline du nord à peine une semaine après l'avoir adoptée. Certaines écoles publiques, confrontées au problème, ont coupé court en mettant en place des toilettes accessibles "à tous les genres".

EN SAVOIR + >>  La cour Suprême des Etats-Unis légalise le mariage gay dans tout le pays

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Éric Zemmour : immigration, retraite, natalité... ses arguments passés au crible

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : "Du point de vue des idées, Zemmour c'est l'apogée du n'importe quoi", dénonce Castaner

VIDÉO - "Sept à Huit" : les confidences d'Amel Bent sur sa douloureuse maternité

REVIVEZ - OM-PSG : malgré deux buts refusés et un carton rouge, Marseille et Paris se quittent dos à dos dans ce "Classique"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.