Londres : reprise des vols à Heathrow après une brève suspension à cause d'un drone

International

SÉCURITÉ AÉRIENNE - Les vols au départ de l'aéroport d'Heathrow, à l'ouest de Londres, au Royaume-Uni, ont été suspendus pendant une heure après le signalement d'un drone ce mardi soir.

Après l'aéroport de Gatwick, au tour de celui d'Heathrow de voir son trafic perturbé à cause du signalement d'un drone. Les départs de cet aéroport ont été suspendus ce mardi 8 janvier pendant près d'une heure. Sur le compte officiel de l’aéroport, les autorités se veulent rassurantes. Elles expliquent que, si le trafic reprend, elles continuent à travailler avec les forces de l'ordre pour investiguer autour de ce signalement. 

Plus tôt dans la soirée, un tweet déclarait que l'arrêt des départs n'étaient qu'une "mesure de précaution" afin de prévenir "toute menace à la sécurité opérationnelle". Un choix qui pourrait fortement perturber les voyageurs et le trafic aérien : 107.000 passagers décollent d'Heathrow en moyenne chaque jour, faisant de ce site situé dans l'ouest de la capitale du Royaume-Uni, le premier aéroport d'Europe en nombre de passagers. Interrogée par l'AFP, une porte-parole n'a pas été en mesure de dire combien de vols étaient concernés. 

Voir aussi

Plusieurs millions de livres investis dans des équipements anti-drone

Une productrice de la BBC, Kathy Long, a déclaré auprès de la chaîne britannique être dans l'un des avions en attente de décoller. Elle a indiqué que, pour le moment, les passagers n’avaient pas reçu d'information concernant la raison du retard et l'heure à laquelle ils pourront partir. "Pour le moment, on nous a dit que nous n'allions nulle part".

Un événement qui arrive alors même que les représentants de ces deux aéroports ont annoncé vendredi dernier vouloir investir plusieurs millions de livres dans des équipements anti-drone. Les départs avant Noël avaient été particulièrement perturbés dans l’autre aéroport de Londres, Gatwick, à cause de multiples signalements de ces petits engins volants. L'armée avait été appelée en renfort pour assurer la sécurité du site. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter