Londres, Manchester, Kaboul, Téhéran... : pourquoi Daech multiplie les attentats pendant le ramadan

Londres, Manchester, Kaboul, Téhéran...  : pourquoi Daech multiplie les attentats pendant le ramadan

ÉCLAIRAGE - Trois jours après l'attentat meurtrier survenu à Londres, un homme a agressé un policier ce mardi sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Une multiplication d'attaques qui peut s'expliquer à l'aune du démarrage du ramadan, période pendant laquelle les organisations terroristes n'hésitent pas à exhorter leurs troupes à frapper l'ennemi.

150 morts à Kaboul mercredi dernier, 7 morts à Londres samedi, un policier agressé à Paris ce mardi, un double attentat en Iran...  Alors que le mois de jeûne du ramadan a commencé le 27 mai dernier, plusieurs attentats ont été perpétrés de par le monde depuis son démarrage. Pour les cadres des organisations terroristes comme Daech, cette période est propice au djihad. Ces derniers jours, Abou-Hassan al-Muhajir, porte-parole de l'EI a  en effet annoncé la couleur, appelant notamment à "des attaques contre les maisons occidentales, leurs marchés, leurs routes et leurs forum" dans un message audio diffusé sur les médias de l'organisation terroriste. 

L'année dernière, Abou Mohammed Al-Adnani (porte-parole de Daech à l'époque) avait aussi invité ses troupes à perpétrer des attentats à la veille du mois sacré : "Préparez-vous, soyez prêts… pour en faire un mois de calamité partout pour les non-croyants". 

Lire aussi

Contre-pied

Ces velléités  terroristes s'expliquent. Si le mois du ramadan est un synonyme de paix et de piété chez les musulmans, ce message est dévoyé par les djihadistes, nous expliquait déjà en 2015 Roland Jacquard, président de l'Observatoire international du terrorisme : "Pour les groupes terroristes, c'est en effet une période d'incitation au djihad : ceux qui manipulent des jeunes leur font croire que c'est le moment ou jamais de défendre leur religion. Le ramadan, c'est la période du pardon, mais les radicalisés prennent le contre-pied : ils veulent ainsi se singulariser par rapport à l'ensemble des musulmans. Maintenant, les périodes de ramadan deviennent extrêmement dangereuses."

Lire aussi

Des actions armées considérées comme des efforts sanctifiés

"C'est le mois de l'effort guerrier", ajoute Mathieu Guidère, professeur d'islamologie et de pensée arabe à Toulouse 2, cité par le JDD. Selon lui, "les djihadistes sont embrigadés et agissent de cette manière uniquement pour la religion et ainsi obtenir le salut. Pour eux,  et tout cela est décuplé avec le mois du ramadan".  

Un avis partagé par Frédéric Encel, spécialiste du Moyen-Orient, cité par BFM TV : "Les islamistes radicaux, qui instrumentalisent certains versets du Coran, considèrent que c’est pendant le ramadan qu’il faut frapper les ennemis et qu’ils iront plus rapidement et bien mieux au paradis d’Allah". Mathieu Guidère précise aussi que ce phénomène existe "depuis les années 1990 notamment avec le Groupe islamique armé (GIA)". Le Groupe islamique armé (GIA) algérien, tout comme Al-Qaida, profitaient en effet du ramadan pour lancer des actes terroristes de grande ampleur.  

France Culture note enfin que l'an dernier, "il y a eu près de 400 victimes civiles durant le mois de Ramadan".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 48.000 contaminations en 24 heures, en hausse de 55% sur une semaine

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.