Londres : non, cette femme voilée n'était pas indifférente à l'attentat

RACISME ORDINAIRE - La photo d'une femme voilée traversant le pont de Westminster quelques instants après le terrible attentat qui a frappé la capitale anglaise a provoqué une vive polémique sur les réseaux sociaux. De nombreuses personnes ont critiqué sans ménagement ce qu'ils considèrent comme un manque d'empathie de la jeune musulmane qui passe à côté d'une victime au sol. Une version contredite par la femme en question et par le photographe.

Mercredi 25 mars. Un attentat vient de frapper le coeur de Londres, une voiture a foncé sur la foule présente sur le pont de Westminster. Deux personnes meurent sur le coup. De nombreux blessés gisent sur le sol, des personnes tentent de leur porter secours ou de chercher de l'aide. Des passants hagards essayent de comprendre l'incompréhensible. Alors que la panique règne, le photographe Jamie Lorriman immortalise la scène. Sur l'un de ses clichés, une femme voilée, le regard perdu, une main collée sur son visage, l'autre tenant un téléphone portable traverse le pont. À quelques pas, une victime est allongée sur le sol. La photo a rapidement fait le tour des réseaux sociaux provoquant un déchaînement haine raciste. Car certains internautes y ont vu un manque de compassion de la jeune femme, estimant qu'elle était totalement "indifférente" au drame. Certains ont même fait un parallèle douteux avec le député Tobias Ellwood, qui a tenté en vain de secourir le policier poignardé par le terroriste présumé, soulignant "la différence majeure entre les musulmans et les chrétiens." En quelques heures, des messages similaires  emplis de haine ont inondé Internet de tweets et de posts Facebook islamophobes.

Traduction : EUX - NOUS - La différence majeure entre les musulmans et les chrétiens.

Je suis choquée et complètement consternée.La femme voilée apparaissant sur le cliché

Choquée, la jeune musulmane a répondu à ses détracteurs avec l'aide d'une ONG luttant contre l'islamophobie, Tell MAMA. L'organisation a publié sur son site son communiqué. "Je suis choquée et complètement consternée", raconte-t-elle. S'adressant à ceux "qui ont interprété ses pensées lors de cet horrible et épouvant moment", elle se dit effarée de devoir faire face à des critiques "basées sur la haine et la xénophobie" en plus de tenter de surmonter le drame auquel elle a assisté. "Ce que l'image ne montre pas, c'est que j'ai parlé à d'autres témoins pour essayer de comprendre ce qu'il s'était passé et pour voir si je pouvais apporter mon aide" explique-t-elle. À ce moment, la jeune femme était submergée par "la tristesse, la peur et l'inquiétude." Cette femme a ensuite "appelé (sa) famille pour lui dire qu'elle allait bien" et qu'elle ne faisait pas partie des victimes. "Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles", conclut-elle. 

Le photographe à l'origine du cliché a soutenu la jeune femme femme. "Les personnes qui ont commenté cette photo sont plutôt sélectifs", détaille-t-il à nos confrères de ABC Australia. Car Jamie Lorriman a pris un deuxième cliché où la femme voilée "apparaît désemparée". Sur cette image, elle a le regard dans le vague "elle est terrifiée, perdue au milieu d'une situation tramatisante." Juger de ce qu'elle pense est  de toute façon "impossible" estime-t-il et il est inapproprié de lui faire un procès d'intention. Il considère d'ailleurs qu'"elle semble bouleversée sur les deux images."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat du Parlement de Londres

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter