Luka Magnotta recherche "son prince charmant" depuis sa cellule

International

PETITE ANNONCE - Luka Rocco Magnotta, qui purge une sentence à vie pour le meurtre de l'étudiant chinois Jun Lin à Montréal, apparaît sur un site de rencontres pour détenus depuis dimanche. Il cherche une relation stable.

"Homme blanc célibataire, 33 ans, 1,80 mètre et 79 kilos, avec des cheveux foncés et les yeux bleus. Cherche homme blanc célibataire, entre 28 et 38 ans, en forme". Six mois après sa condamnation , le "dépeceur de Montréal" semble se sentir seul. Luka Rocco Magnotta, qui purge une sentence à vie pour le meurtre et le démembrement de l'étudiant chinois Jun Lin en 2012, s'affiche sur un site de rencontres pour détenus et cherche l’amour. Sur son profil, le meurtrier affirme vouloir entrer en contact avec une personne loyale, idéalement éduquée, financièrement et émotionnellement "stable" pour une relation à long terme, peut-on lire sur le site Canadian Inmates Connect.

VOIR AUSSI >> Retour en vidéos sur l'affaire Luka Magnotta

"Si vous pensez être mon prince charmant, envoyez-moi une lettre détaillée avec au moins deux photos. Ne recevront une réponse que ceux que je trouve compatibles avec moi. S’il vous plaît, uniquement des demandes sérieuses. Toutes les lettres non sollicitées seront rejetées", poursuit-il. Les mots sont accompagnés de deux photos de lui, chemise ouverte. La perpétuité réelle n’existant pas au Canada, il précise en outre que sa date de sortie est estimée à 2037.

"Comme tout le monde, il a le droit de se racheter"

Melissa Fazzina, qui a créé le site il y a environ quatre ans et demi, a expliqué à La Presse avoir été surprise par la demande de l’ancien acteur de films pornographiques. "J'étais déconcertée", a-t-elle confié, ajoutant : "Plusieurs personnes penseront qu'il ne mérite pas de se retrouver sur le site ou d'avoir des communications avec le monde extérieur. Je crois cependant qu'il a, comme tout le monde, le droit de se racheter et de tenter une réinsertion, et j'espère que ça fonctionnera aussi pour lui."

Elle a indiqué que pour s’inscrire, Luka Magnotta avait dû lui faire parvenir ses informations par le biais d’un contact – les prisonniers n’ont pas accès à Internet – et dû débourser 35 dollars. Elle lui a également demandé de lui envoyer une lettre dans laquelle il expliquait pourquoi il souhaitait s’inscrire et quelle était sa démarche. S’il a rempli toutes les conditions pour être accepté, il a cependant demandé que la raison de sa détention ne soit pas spécifiée. "Mais les gens peuvent toujours regarder sur Google", a précisé Melissa Fazzina.

EN SAVOIR + >> Notre dossier sur Luca Rocco Magnotta
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter