L'Ukraine au bord du gouffre

L'Ukraine au bord du gouffre

DirectLCI
COMBATS – La tension est encore montée d'un cran ce week-end en Ukraine, où se sont succédé des attaques violentes, parfois meurtrières, entre forces armées ukrainiennes et séparatistes pro-russes. Pour les autorités du pays, la guerre est déclarée.

La libération, samedi matin, des inspecteurs de l'OSCE , détenus pendant plus d'une semaine par les séparatistes pro-russe à Slaviansk, n'aura été qu'une courte accalmie. Dans l'est ukrainien, la situation a dégénéré dans de nombreuses villes, et ces trois derniers jours ont été les plus violents depuis le début de conflit.

Slaviansk, Lougansk, Donetsk, Kramatorsk, Kostiantynivka... Des fronts s'ouvrent un peu partout à l'est, désormais en situation de "guerre" selon les autorités ukrainiennes. "Il y a des tirs et des affrontements (…). Ce qui se passe dans les régions de l'est n'est pas un soulèvement passager, c'est une guerre", a ainsi déclaré le chef du centre antiterroriste, Vasil Kroutov.

Au sud aussi...


Lancée vendredi, la contre-offensive "antiterroriste" de l'armée ukrainienne a entraîné de nombreux combats. Au nord de Donetsk, un checkpoint tenu par des insurgés a été réduit à l'état de cendres. De leur côté, des insurgés armés ont donné l'assaut contre une unité militaire à Lougansk. L'opération des forces ukrainiennes s'est étendue ce dimanche. "Nous allons mener une phase active dans d'autres villes", a promis le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, Andriï Paroubiï.

Il n'y a toutefois pas qu'à l'est que la situation se détériore. Odessa, une cité portuaire du sud, a été le théâtre d'un massacre, vendredi. Un incendie déclenché par des manifestants pro-Ukraine , furieux d'avoir été attaqués un peu plus tôt, a ravagé un bâtiment où s'étaient réfugiés des militants pro-russes. Près de 40 d'entre eux sont morts, faisant de cette journée la plus meurtrière depuis le début du conflit. En réponse, plus de 2.000 séparatistes ont lancé ce dimanche une offensive contre le siège de la police de la ville. Le deuil national de deux jours, décrété par le président Tourtchinov pour le week-end, a donc fait long feu.

Sur le front diplomatique, la tension monte également entre les responsables ukrainiens et la Russie. En déplacement à Odessa, le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk n'a pas hésité à attaquer son voisin de front, dimanche. "Ce qui s'est passé fait partie du plan de la Russie pour détruire l'Ukraine, a-t-il accusé. Le pays doit s'unir pour ne pas donner aux terroristes la possibilité de diviser notre peuple." De quoi faire à nouveau planer le spectre d'un affrontement ouvert entre les deux pays.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter