Vers la fin de l'opération Barkhane en tant qu'"Opex" : mais de quoi parle-t-on ?

Une patrouille française au Burkina Faso le 09 novembre 2019 dans le cadre de l'opération Barkhane

ARMÉE - Emmanuel Macron a annoncé jeudi une évolution de la présence de la France au Sahel, avec la fin de l'opération Barkhane en tant qu'"Opex", pour "opération extérieure". Une appellation définie par un cadre particulier.

Les "Opex" ou "opérations extérieures" sont définies par le ministère des Armées comme des "interventions des forces militaires françaises en dehors du territoire national". Ces opérations visent à déployer une force de maintien de la paix, mais peuvent aussi fournir de l'aide humanitaire, militaire ou logistique. Ce fut le cas lors de l'opération Amitié, lancée au Liban à la suite de l'explosion dans le port de Beyrouth, en août 2020. 

Un engagement à l'initiative du chef de l'État

L'engagement de l'armée est décidé par le président de la République en Conseil de défense. Le chef de l'État choisit également le nom de l'opération. Le gouvernement doit ensuite en informer le Parlement dans les trois jours. Un débat parlementaire sans vote peut alors être organisé. Si l'intervention extérieure se prolonge au-delà de quatre mois, le gouvernement doit soumettre cette prolongation à l'autorisation du Parlement. 

Depuis 1995, les armées françaises ont été engagées dans plus de 100 opérations extérieures. Si Emmanuel Macron a annoncé la fin de Barkhane, qui représente le plus grand contingent de soldats français à l'étranger avec 5100 militaires, d'autres opérations extérieures se poursuivent actuellement. C'est le cas par exemple de l'opération Chammal, qui se déroule en Irak et en Syrie et s'inscrit dans la lutte contre l'État islamique au sein d'une coalition internationale. 

Lire aussi

Car toutes les opérations ne se font pas forcément dans un cadre national uniquement. Elles peuvent aussi se dérouler sous l'égide de l'ONU, de l'Union européenne ou encore de forces multinationales. 

Les "Opex", 100.000 euros par militaire et par an

Selon la Cour des comptes, dans un rapport publié en novembre 2016, le coût unitaire d'une opération extérieure serait de plus de 100.000 euros par an par militaire projeté. Une somme qui a plus que doublé depuis une décennie, selon les Sages. 

Mais le coût humain de ces "Opex" est aussi important. Depuis 50 ans, 647 militaires français sont morts dans le cadre de telles opérations. Depuis l'intervention de la France au Sahel en 2013, ce sont 50 soldats qui ont été tués. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Même infraction, même sanction" : après la gifle d'Emmanuel Macron, les policiers montent au créneau

Variant Delta : "épée de Damoclès" au-dessus de l’embellie sanitaire en France

Covid-19 : les contaminations repartent à la hausse au Royaume-Uni, la faute au vaccin AstraZeneca ?

Euro : le calendrier détaillé des retransmissions TV de tous les matchs

Covid-19 : ce que l'on sait du cluster de variant Delta détecté à Strasbourg

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.