Paris condamne les propos "détestables et mensongers" d'une ministre pakistanaise sur Macron et les musulmans

Sur Twitter, la ministre pakistanaise des droits de l'Homme, Shireen Mazari, a critiqué le président Emmanuel Macron samedi 21 novembre.

PASSE D'ARMES - Paris a fustigé les propos "détestables" prononcés par la ministre pakistanaise, Shireen Mazari, samedi 21 novembre. Cette dernière a posté un tweet virulent pointant du doigt les rapports du président Emmanuel Macron avec la population musulmane en France.

Le ministère français des Affaires étrangères a fermement condamné, samedi 21 novembre, les propos "détestables et mensongers" de la ministre des Droits de l'Homme, Shireen Mazari, au sujet du président français, Emmanuel Macron, et de ses relations avec la population musulmane en France. 

Sur le réseau social Twitter, Shireen Mazari, a tiré à boulets rouges sur le chef de l'Etat en déclarant que "Macron fait aux musulmans ce que les nazis infligeaient aux Juifs", en prétendant que "les enfants musulmans devront avoir un numéro d'identification, comme les Juifs étaient forcés à porter l'étoile jaune sur leurs vêtements pour être identifiés"

Une information formellement démentie par le gouvernement français. 

"Un membre du gouvernement pakistanais s'est exprimé aujourd'hui sur les réseaux sociaux dans des termes profondément choquants et injurieux à l'égard du président de la République et de notre pays", s'indigne la diplomatie française. 

Paris condamne ainsi ces propos qu'elle qualifie de "mensonges éhontés, empreints d'une idéologie de haine et de violence".

Lire aussi

Le Pakistan est le théâtre depuis le mois de septembre de manifestations anti-françaises, souvent houleuses, après la republication des caricatures du prophète Mahomet par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Plusieurs milliers de personnes ont tout récemment manifesté aux portes d'Islamabad pour protester contre les déclarations d'Emmanuel Macron défendant le droit à la caricature au nom de la liberté d'expression, lors de l'hommage à l'enseignant, Samuel Paty, tué après avoir montré de tels dessins à sa classe.

Imran Khan accuse Macron "d'attaquer l'islam"

Lundi 16 novembre,  le Pakistan avait été secoué par de nouvelles manifestations islamistes contre la France. Les protestataires avaient répondu à l'appel de Khadim Hussain Rizvi, chef du parti islamiste radical Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP). 

Ce dernier avait déclenché de violentes manifestations en novembre 2018 contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, accusée de blasphème envers l’Islam et condamnée à mort en novembre 2010.

Ce sentiment anti-français est aussi alimenté par le Premier ministre pakistanais, Imran Khan. Ce dernier avait accusé fin octobre Emmanuel Macron d"attaquer l'islam". Dans la foulée, l'ambassadeur de France au Pakistan avait été convoqué pour dénoncer la "campagne islamophobe systématique sous couvert de la liberté d'expression" du président français. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Lever le confinement le 15 décembre, ce ne sera pas baisser la garde", souligne Gabriel Attal

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi à 11h par Jean Castex

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

L'ouverture des stations de ski "impossible" pour les vacances de Noël

Lire et commenter