Macron et May signent un traité sur le contrôle de l'immigration à 
leur frontière, notamment à Calais

Macron et May signent un traité sur le contrôle de l'immigration à leur frontière, notamment à Calais

DirectLCI
IMMIGRATION - Emmanuel Macron et Theresa May ont signé ce jeudi un nouveau traité sur le contrôle de l'immigration entre la France et le Royaume-Uni. Il prévoit notamment une contribution complémentaire de Londres de 50 millions d'euros au contrôle de la frontière à Calais.

L'annonce a été faite ce jeudi soir en marge du 35e sommet franco-britannique à Londres. Le président de la République Emmanuel Macron et la Première ministre Theresa May ont signé ce jeudi un traité sur le contrôle de l'immigration entre la France et le Royaume-Uni.


Ce nouveau texte vise à "renforcer la gestion conjointe de notre frontière commune avec un traitement amélioré des mineurs non accompagnés demandeurs d'asile", selon un communiqué publié à l'issue de la rencontre du président français avec la Première ministre britannique. Il prévoit une contribution complémentaire de Londres de 50 millions d'euros au contrôle de la frontière à Calais, où échouent de nombreux clandestins dans l'espoir de franchir la Manche. Un effort budgétaire déjà annoncé par Londres il y a quelques jours.

En vidéo

REPORTAGE - Quel accueil pour les migrants mineurs en France ?

"Améliorer la gestion technique"

Estimant que la situation n'était "pas satisfaisante à Calais", Emmanuel Macron a assuré que ce nouveau Traité de Sandhurst -du lieu où les deux dirigeants se sont rencontrés- permettrait "d'améliorer la gestion technique, opérationnelle de cette frontière commune".  "Cela va nous permettre de changer en profondeur les choses, aussi pour mineurs vulnérables, (...) d'avoir une approche plus humaine, plus efficace, et de préserver la qualité de notre frontière commune", a-t-il ajouté.


"Nous renforcerons les infrastructure de sécurité avec davantage de vidéosurveillance, des clôtures et des technologies infrarouges à Calais et dans d'autres postes frontières", a de son côté assuré Theresa May.

Plus d'articles

Sur le même sujet