Maddie a disparu il y a 10 ans : homicide involontaire, kidnapping, pédophilie ... les multiples théories de l'enquête

Maddie a disparu il y a 10 ans : homicide involontaire, kidnapping, pédophilie ... les multiples théories de l'enquête

TRISTE ANNIVERSAIRE - Il y a dix ans jour pour jour, le 3 mai 2007, la petite Maddie disparaissait à Praia de Luz, au Portugal, alors qu'elle était en vacances avec ses parents et ses frère et sœur. Au fil des années, les théories sur sa disparition se sont multipliées, allant de l'homicide involontaire impliquant les parents au kidnapping par une organisation criminelle. LCI fait le point.

Le 3 mai 2007, il y a dix ans jour pour jour, la petite Madelaine McCann disparaissait à Praia de Luz, au Portugal. La fillette, alors âgée de presque quatre ans, était en vacances dans un complexe hôtelier avec ses parents Kate McCann et Gary McCann et ses frère et sœur Sean et Amelie, des jumeaux âgés de deux ans. 

Le soir de sa disparition, les parents McCann mettent au lit "Maddie" ainsi que leurs deux autres enfants et vont dîner avec un couple d'amis dans un restaurant situé à proximité de leur bungalow. Ils ne reverront jamais leur fille. A partir de ce moment, de nombreuses théories ont circulé sur la disparition de la petite fille. Si la police portugaise a classé l'affaire en 2008, le Royaume-Uni et Scotland Yard continuent de creuser, ayant notamment identifié une quarantaine de suspects potentiels au cours de leur propre enquête.

Enlèvement, homicide involotaire

Si la piste de l’enlèvement a toujours été privilégiée, celle d’une implication des parents a également été étudiée, ces derniers ayant étant soupçonnés en 2007 d’homicide involontaire et de dissimulation de cadavre, avant d’être blanchis faute de preuve. 

Dans une émission consacrée aux dix ans de la disparition de Maddie, et reprise par The Sun, un ex-policier portugais, Gonçalo Amaral, a affirmé que le corps de la fillette avait été caché dans le cercueil d’une femme britannique avant d’être incinéré.  "Nous avons appris que trois personnes étaient rentrées dans une église durant la nuit. Ils avaient une boîte et des funérailles étaient prévues dans les heures suivantes. Il est probable que le corps de l’enfant était dans cette boîte et qu’il ait été incinéré en même temps que le défunt qui reposait dans l’église, dont les parents avaient la clé." Cet ex-policier avait même affirmé il y a quelques jours que le MI-5, le service de renseignement britannique, avait aidé à cacher le corps de la fillette après que ses parents l’ont accidentellement tuée.

Criminalité locale ?

Interrogée par le Mirror le 19 avril dernier, une nounou qui avait gardé la fillette les jours précédents le drame affirme pour sa part que les parents ne sont pour rien dans la disparition. Elle met en revanche en cause le club de vacances, considéré comme mal fréquenté et dangereux. Selon elle, la petite fille aurait pu être enlevée par un criminel local. "On nous avait dit : ‘Voici un sifflet en cas de viol, n’allez nulle part tout seule, jamais’. Il y avait eu une fille attaquée un an plus tôt à Praia da Luz. Cela ne ressemblait pas à un complexe familial selon moi" a-t-elle déclaré, soulignant également l’attitude désemparée de Kate et Gary : "Elle pleurait et était dans un état catatonique et Gerry, lui, était en pleine détresse. Je me souviens d’une chose, c’est, lui, en train de regarder sous les voitures".

Dans la lignée de cette nounou -qui préfère rester anonyme- et qui considérait donc le lieu comme dangereux, l’hypothèse d’un braquage à l’issue dramatique a également été explorée par Scotland Yard et la police portugaise. Conjointement, les deux services avaient interrogé plusieurs suspects en 2014. En vain.

La piste pédophile évoquée

Au fil de l’enquête, la piste pédophile a également pris forme dans l’esprit des enquêteurs. En 2011, un prédateur local est suspecté. Son nom : Euclides Monteiro. D’origine cap-verdienne et ancien serveur au Ocean Club, le club de vacances où résidait la famille McCann, il aurait notamment pénétré dans plusieurs bungalows occupés par des familles britanniques. Il ne sera jamais interrogé, mourant en 2009 dans un accident de tracteur. 

Un Britannique sexagénaire, Raymond Hewlett, déjà condamné pour viols sur mineurs, a également été suspecté avant qu’en 2011, deux autres Britanniques au profil similaire ne soient interrogés. Ils se trouvaient dans la même région portugaise que la famille de Maddie, en mai 2007. Mais leurs noms ne réapparaitront pas dans l’enquête.

Vendue comme esclave et encore vivante ?

Autre piste explorée, celle comme quoi Maddie aurait quitté sa chambre dans la nuit du 3 mai pour essayer de rejoindre ses parents dans le bar à tapas du club de vacances. Cette théorie a été avancée par le journaliste Mark Williams-Thomas en février dernier à la télévision anglaise. Selon lui, la petite fille "s’est réveillée et s’est mise à les chercher". "Le matin avant sa disparition, la petite Madeleine a demandé à ses parents où ils avaient passé la soirée, la veille. Elle savait ainsi qu’ils avaient mangé au bar à tapas de l’hôtel" a-t-il ajouté, tout en précisant ne pas connaître la suite des événements.

Enfin, pour Ian Horricks, ancien enquêteur de la Metropolitan Police et cité dans le Daily Beast, l’hypothèse que la fillette soit encore vivante est probable. Cette dernière aurait été kidnappée par une organisation criminelle afin d’être vendue rapidement comme esclave. Sur ce point, Sky News précise d’ailleurs qu’entre la disparition et l’arrivée des policiers  -environ 90 minutes- aurait permis aux ravisseurs de transporter la fillette en Espagne, puis au Maroc.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Quelques heures avant l'interview de Harry et Meghan, la reine loue le "dévouement désintéressé"

EN DIRECT - Covid-19 en France : les patients en réanimation au plus haut depuis novembre

Lire et commenter