Mais que fait Donald Trump nu comme un ver dans les rues de villes américaines ?

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

ORIGINAL - Un collectif américain a eu un projet un peu loufoque : pour tenter de décrédibiliser le candidat républicain aux élections américaines, ils ont fait des statues grandeur nature de lui… dans le plus simple appareil.

Elles sont apparues jeudi matin dans plusieurs villes américaines. Des statues de Donald Trump, nu, et… pas vraiment flatteuses. 

Grandeur nature, le candidat aux élections américaines et donc représenté dans le plus simple appareil, le sourcil froncé, des petits yeux, la peau veinée, grimaçante. Et, détail suprême, Donald Trump est pourvu d’un sexe minuscule.

"The Emperor has no balls"

Derrière ces statues apparues soudainement à des coins de rue à New York, San Francisco, Los Angeles, Cleveland et Seattle, un collectif appelé Indecline, et un projet qui a pour nom "The Emperor has no balls" (l’Empereur n’a pas de c…). Les activistes expliquent au Washington Post qu’ils ont pour objectif d’écorner l’image du candidat républicain aux élections américaines, qui ont, pour ça, décidé de le représenter de la façon la plus humiliante qui soit.

Le groupe d’activistes est déjà connu pour avoir, dernièrement, couvert d’étoiles le fameux Walk of Fame (promenade des célébrités) à Hollywood, avec les noms des Afro-américains tués par la police. Dans le passé, le collectif a aussi revendiqué l’origine d’une fresque "anti-viol de Trump", à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, ainsi qu’un mur de graffiti dans le désert de Mojave en Californie.

Ce dernier projet du groupe a été préparé pendant quatre mois. Il est en partie inspiré des "Habits neufs de l’empereur", un conte de Hans Christian Andersen, qui raconte l’histoire d’un prince trop confiant, qui se promène sans ses vêtements en pensant qu’il est habillé et devient ainsi la risée de son peuple.

"Un look constipé"

Représenter Trump n’est en soi pas révolutionnaire. Mais le collectif veut introduire une touche d’humour, en faisant justement référence à la tendance des dictateurs à ériger de grands monuments à leur ressemblance. "Qu’on le veuille ou non, Trump est un personnage important dans la culture mondiale d’aujourd’hui", déclare le porte-parole du groupe, qui a accepté de parler du projet avec le Washington Post , à condition de rester anonyme. "En regardant en arrière dans l’histoire, c’est de cette manière que les grandes figures ont été immortalisées et idolâtrées en leur temps : avec de grandes statues."

Sauf que contrairement à ces monuments historiques, les statues représentant Trump sont loin d’être flatteuses, représentant un personnage flasque, adipeux. Pour la petite histoire, pour les concevoir et les sculpter, le collectif a fait appel à Ginger, un artiste… qui a passé une longue partie de sa carrière à concevoir des monstres pour des maisons hantées ou des films d’horreur. "Quand le collectif m’a approché, il était tout à fait dans mes capacités de faire ce type de monstre", raconte d’ailleurs ce dernier. "L’idée était de faire un personnage renfrogné avec un look constipé, faisant allusion à a frustration implicite de Trump avec l’Amérique contemporaine."


Les Américains ont déjà découvert ces statues, qui provoquent étonnements, rires… et ont leur petit succès sur les réseaux sociaux.


Les membres du collectif ont déjà fait des paris pour savoir quelle statue va se faire détruire le plus vite. Pour l’instant, le ressenti est que le Donald Trump placé à San Francisco est celui qui restera intact le plus longtemps, "à cause des gauchistes locaux qui vont venir à son secours", estime le porte-parole du collectif.

A LIRE AUSSI >>  PHOTOS — Le pire de Trump : quand il dit que Barack Obama a fondé Daech

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter