Malaysia Airlines : un chef de cabine accusé d'agression sexuelle par une passagère

International
DirectLCI
FAIT DIVERS - Un membre de l'équipage de la compagnie aérienne Malaysia Airlines a été mis en examen et placé en détention provisoire, a-t-on appris mardi. Une passagère australienne l'accuse d'avoir profité de sa peur des crashs aériens pour se rapprocher d'elle et l'agresser sexuellement.

Malaysia Airlines fait de nouveau parler d'elle pour des raisons dont elle se serait bien passée. La compagnie aérienne, frappée par la disparition tragique du vol MH370 , puis par le crash du MH17 touché par un missile en Ukraine, fait cette fois les frais du comportement d'un de ses employés. Un chef de cabine a en effet été arrêté à la suite d'une plainte pour agression sexuelle d'une passagère dans un vol reliant Kuala-Lumpur à Paris, a relaté mardi l'AFP, citant trois sources proches de l'enquête.

Contactée par metronews, une source judiciaire a confirmé qu'une information judiciaire était ouverte pour "viol commis par une personne usant de l'autorité que lui confère ses fonctions". Le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Peur des crashs aériens

Les faits remontent au 4 août dernier, quant une passagère australienne embarque avec une forte appréhension dans le vol MH20. Marquée par les deux récentes catastrophes, elle fait part de sa peur à l'équipage. Le chef de cabine se serait alors assis à côté d'elle afin de la "réconforter", selon une source. Une attention qui aurait dérapé et tourné, selon la jeune femme, à l'agression sexuelle. A son arrivée à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, la passagère s'est rendue à la police aux frontières pour dénoncer les faits. L'homme sera arrêté peu après.

Le 14 août, la compagnie malaisienne avait confirmé dans un communiqué qu'"un membre de l'équipage avait été détenu et interrogé par la police française". Affirmant "n'accepter que les plus hauts standards de conduite de la part de son personnel", elle assurait "prendre très au sérieux ce type d'allégations" et promettait "d'assister, naturellement, les autorités françaises dans leurs investigations".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter