Mali : au moins trois suspects recherchés après la prise d'otages

Mali : au moins trois suspects recherchés après la prise d'otages

DirectLCI
ATTENTAT - La capitale du Mali a été le théâtre d'une attaque terroriste vendredi, qui a causé la mort d'une trentaine de personnes. Au moins trois suspects sont "activement recherchés".

Une semaine après les attentats de Paris, le Mali a été à son tour endeuillé par le terrorisme vendredi, quand des hommes armés ont attaqué l'hôtel Radisson de Bamako, faisant au moins 27 morts parmi les résidents et les employés avant que les forces de sécurité n'interviennent. En réponse, le gouvernement malien a décrété 10 jours d'état d'urgence.

Qui sont les responsables ?
Ce samedi matin, on a appris qu'au moins trois individus, suspects dans ces attentats, sont "activement recherchés". Peu d'informations sont connues pour l'heure sur les assaillants. Selon une source militaire, trois d'entre eux ont été abattus ou se sont fait exploser. Selon cette même source, un quatrième terroriste aurait pu participer à l'opération. L'assaut a été revendiqué dans l'après-midi par le groupe djihadiste Al-Mourabitoune, dirigé par l'Algérien Mokhtar Belmokhtar. Le groupe, fidèle à Al-Qaïda, avait déjà revendiqué le premier attentat visant des Occidentaux à Bamako, le 7 mars dernier dans un bar-restaurant de la ville, faisant cinq morts.

Qui sont les victimes ?
Au moment de l'attaque,140 clients et 30 employés se trouvaient dans l'hôtel, selon la direction du groupe. Des étrangers d'au moins 14 nationalités faisaient partie des otages, le Radisson étant très prisé de la clientèle étrangère. Selon un responsable de l'armée malienne, au moins 27 personnes, clients comme employés, ont trouvé la mort aux mains des assaillants, les autres ayant pu s'enfuir ou être secourues par les forces de sécurité. L'une de ces victimes est un haut fonctionnaire belge, venu participer à un forum sur la francophonie, tandis que les Etats-Unis ont confirmé le décès de l'un de leurs ressortissants.

10 jours d'état d'urgence
De son côté, le gouvernement a décrété dix jours d'état d'urgence sir l'ensemble du territoire national. "Cela permettra de renforcer les moyens juridiques des autorités administratives et compétentes pour rechercher et mettre à la disposition des autorités judiciaires des terroristes qui seraient en cavale et d'éventuels complices", annonce-t-il dans un communiqué. Par ailleurs, trois jours de deuil ont été décrétés.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter