Mali : la France se défend après une frappe militaire controversée

Base militaire française dans le cadre de l'opération Barkhane. Photo prise le 3 novembre 2020.

INTERNATIONAL - Une frappe française a tué plusieurs personnes dimanche au Mali. Mais alors que l'État-major dit avoir ciblé des djihadistes, des associations affirment que ce sont des civils présents à un mariage qui auraient été touchés.

Une patrouille d'avions de chasse a "neutralisé" des dizaines de djihadistes préalablement repérés après une opération de renseignement de plusieurs jours. Dans un communiqué publié ce mardi, l'État-major français a affirmé que l'opération menée dimanche dernier au Mali - à l'origine de près d'une vingtaine de morts - était d'ordre strictement militaire. 

"Les informations relatives à un mariage ne correspondent pas aux observations effectuées", martèlent les autorités françaises, rejetant fermement la thèse d'une bavure.  

Une frappe préparée et planifiée

Une autre source militaire proche du dossier aurait également précisé à l'AFP qu'il "ne peut y avoir de doutes et d'ambiguïté, il n'y avait pas de mariage". "C'est une frappe menée après un processus particulièrement formel et multipartite sur un groupe armé terroriste pleinement identifié, après un recoupement d'informations, des attitudes, une posture, sur une zone caractérisée", a t-elle encore déclaré. 

Pour rappel, plusieurs personnes ont été tuées dimanche dans le village de Bounti (dans le centre du Mali, au cœur d'un des principaux foyers de violence de la région). Depuis, les rumeurs sur un possible débordement des forces armées tricolores n'ont cessé de prendre de l'ampleur. Elles ont été favorisées par la très difficile vérification des informations dans cette zone éloignée et dont l'accès est rendu très compliqué par la présence de djihadistes. 

Un "sauve-qui-peut"

Ainsi, plusieurs acteurs locaux continuent d'affirmer que des civils auraient été frappés par un appareil non-identifié lors d'un mariage. Dès dimanche, Tabital Pulakuu, une association pour la promotion de la culture des Peuls, une ethnie malienne, a fait état d'une "frappe aérienne (ayant) coûté la vie à une vingtaine de personnes civiles au moins" au cours d'un mariage. Cela "a été le sauve-qui-peut. Je me suis retrouvé en brousse mais j’ai perdu deux frères", a de son côté expliqué Ahmadou Ghana selon qui 19 personnes auraient trouvé la mort dans cette attaque.

Lire aussi

La région de Mopti, où se trouve Bounti, à quelque 600 kilomètres de la capitale Bamako, est l'un des principaux foyers des violences parties du nord en 2012 et qui se sont propagées depuis 2015 vers le sud du pays, mais aussi au Burkina Faso et au Niger voisins.

Découvrez ce podcast d'Expertes à la Une dédié à Patricia Boughani, première femme à diriger la plus grande composante police de la mission des Nations Unies au Mali

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur DEEZER

- Sur SPOTIFY

- Sur CASTBOX

« EXPERTES A LA UNE » part à la rencontre de CELLES qui ont des choses à dire.  Leur parole ne sera pas interrompue par le son d’une voix plus forte ou plus grave. Les Expertes seront à l’honneur dans ce podcast car le savoir ne doit pas se  résumer à une moitié de l’Humanité. Les invitées sont des femmes légitimes dans leurs domaines de compétence, leur voix doit être entendue. Parfois trop invisibles, je plonge dans chaque épisode au cœur de leur univers intime ou professionnel, sous la forme d’une conversation pour les mettre dans la lumière.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Jean Castex veut "mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Lire et commenter