Mali: la junte accepte de libérer le président et propose une transition de trois ans dirigée par un militaire

Assimi Goïta s'est déclaré chef du Comité national pour le salut du peuple après le coup d'Etat survenu le 18 août au Mali.
International

ARMÉE - Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta est détenu depuis le 18 août, date du coup d'Etat, par la junte militaire au pouvoir.

La junte au pouvoir Mali souhaite qu'un organe de transition dirigé par un militaire soit mis en place pour une période de trois ans, et accepte que le président déchu Ibrahim Boubacar Keïta retourne à son domicile, ont indiqué dimanche soir des sources de la Cédéao et de la junte.

"La junte a affirmé qu'elle souhaite faire une transition de trois ans pour revoir les fondements de l'Etat malien. Cette transition sera dirigée par un organe présidé par un militaire, qui sera en même temps chef de l'Etat", a indiqué une source au sein de la délégation ouest-africaine à Bamako. "Le gouvernement sera aussi majoritairement composé de militaires", selon la proposition de la junte, a expliqué cette source s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Lire aussi

En vidéo

Coup d’État au Mali : récit des évènements menant à la démission d'Ibrahim Boubacar Keïta

Le président "pourra repartir à son domicile"

Selon la même source, la junte a donné son accord pour "libérer le président Keïta", qu'elle détient depuis le coup d'Etat de mardi, "qui pourra repartir à son domicile" de Bamako. "Et s'il souhaite voyager pour des soins, il n'y a pas de problème", a également indiqué la source de la Cédéao.

Quant au Premier ministre Boubou Cissé, arrêté en même temps que le président Keïta et détenu dans le camp militaire de Kati, dans la banlieue de la capitale, "nous avons obtenu de la junte qu'elle accepte qu'il soit dans une résidence sécurisée à Bamako", a ajouté ce responsable ouest-africain.

Un membre de la junte à confirmé "les trois ans de transition avec un président militaire et un gouvernement en majorité composé de militaires", ainsi que les décisions concernant le président Keïta et son Premier ministre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 13.000 cas recensés en 24 heures en France

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - INFO TF1-LCI : le terroriste avait été en contact avec Abdelhakim Sefrioui et le père d'une élève

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent