Mali : une ressortissante française enlevée à Gao par des hommes armés

International
DirectLCI
RAPT - Une ressortissante française a été enlevée samedi 24 décembre à Gao (nord du Mali), par des hommes armés encore non identifiés, selon le gouverneur de Gao. Une information rapidement confirmée par le Quai d'Orsay.

Le rapt s'est déroulé samedi 24 décembre aux alentours de 17h. Sophie Petronin, humanitaire et ressortissante française de 66 ans "a été enlevée ce samedi par des hommes armés à Gao (dans le 7e arrondissement, NDLR). Nous avons lancé des poursuites immédiatement" pour retrouver les ravisseurs, a précisé le même jour à l'AFP une source de sécurité malienne. Un temps présentée comme de double nationalité suisse et française, la sexagénaire est en réalité une ressortissante hexagonale, a confirmé à LCI le quai d'Orsay, qui a confirmé l'information ce dimanche.

"Selon les renseignements recueillis, ce sont des hommes armés, trois ou quatre, qui sont venus à bord d’un pick-up couleur kaki et sable, sans immatriculation et avec vitres teintées. Elle vit à Gao depuis longtemps. Après les évènements de 2012 elle était rentrée et ensuite, elle est revenue. Elle a repris ses activités. Elle ne se cache pas, elle est assimilée à la population de Gao", a expliqué le gouverneur de Gao, Seydou Traoré, rapporte RFI.  

Aucune revendication

Le soir même, l'armée malienne, la force de l'ONU et la force Barkhane de l'armée française se sont mobilisées. "Dès que j’ai reçu l’information, je l’ai partagée avec toutes les forces en poste, et nous sommes en train de voir comment boucler les issues afin qu’avec la contribution des uns et des autres, on puisse les arrêter, insiste le gouverneur. Il s’agit de fouiller tout véhicule qui rentre et qui sort. Nous pensons que même s’ils sont sortis, ils ne sont pas loin. Avec l’appui des forces aériennes, on peut les localiser et essayer d’arrêter le processus. J’invite toute la population à nous aider pour qu’ils soient arrêtés à temps", a plaidé Seydou Traoré. Par ailleurs, l'état major de la force Barkhane a mis en place un numéro d'appel, le 80.00.00.00, afin de collecter toute  information qui permettrait de retrouver Sophie Petronin.

L'enlèvement n'a pas encore été revendiqué, mais le quai d'Orsay a confirmé l'information, annonçant travailler "en lien avec les autorités maliennes pour rechercher et libérer le plus vite possible" l'humanitaire. Gao est la plus grande ville du nord du Mali, située à 1200 km au nord-est de la capitale Bamako. Le nord du Mali est une région instable, dont le contrôle échappe encore largement aux forces de sécurité maliennes et étrangères qui participent à l'intervention militaire internationale toujours en cours dans le pays pour en chasser les groupes djihadistes. Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à une rébellion de groupes touareg.


Quant à Sophie Petronin, elle est, comme indiqué plus haut, une figure de la ville. Arrivée en 2004, cette médecin nutritionniste qui travaille pour le compte d'une ONG qu'elle a créée elle-même, à en croire France Info, avait déjà failli être enlevée en 2012 par Aqmi, la branche d'Al Qaïda au Maghreb. Elle n'avait dû son salut qu'à l'aide de touaregs qui l'avaient vêtu d'une tenue traditionnelle, comme elle l'avait raconté à BFM.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter