Mali : le point sur l'enquête deux jours après l'attentat à Bamako

Mali : le point sur l'enquête deux jours après l'attentat à Bamako

International
DirectLCI
TERRORISME - A Bamako, l'enquête se poursuit après l'attentat au Radisson Blu hôtel qui a fait une vingtaine de morts, dont de nombreux étrangers. Le flou persiste sur le nombre et l'identité des assaillants qui ont attaqué l'établissement. Le ministère malien de la Sécurité a toutefois démenti l'information concernant la fuite de trois terroristes.

Les investigations se poursuivent à Bamako après l'attentat perpétré contre l'hôtel Radisson Blu, un établissement luxueux dans lequel ont péri vendredi une vingtaine de personnes. "Nous sommes sur plusieurs pistes", a déclaré à l'AFP une source policière malienne, ajoutant que "des objets récupérés" à l'intérieur de l'hôtel "donnent des indications", sans toutefois fournir plus de précision sur la nature de ces "indications".

Dimanche, le ministère malien de la Sécurité a formellement démenti l'information selon laquelle trois personnes soupçonnées d'être impliquées dans la tuerie seraient activement recherchées. Sur le lieu de l'attaque, le travail d'investigation de la police se poursuit. Officiellement, l'attaque a fait 18 morts parmi les clients de l'établissement, et un gendarme des forces spéciales. En outre, deux terroristes ont été tués dans l'assaut des forces de sécurité malienne, appuyées par la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), de la France et des Etats-Unis. D'autres bilans, notamment celui évoqué par une source militaire et une source policière faisaient état notamment de 27 morts. Un bilan intégrant la nationalité de l’ensemble des victimes de l'attentat de vendredi devait être communiqué ce dimanche après-midi par les autorités maliennes.

Au moins quatre assaillants, selon les témoignages

Le nombre et l'identité des terroristes, eux, restent confus. Des témoignages ont notamment rapporté la présence d'au moins quatre assaillants, dont certains se sont exprimés en anglais. L'un des rescapés raconte par exemple avoir entendu dans le couloir un terroriste dire à un autre : “Go, go, go” [“allez, allez, allez”], puis “you understand ?” [“tu comprends ?”]. L’autre lui a répondu “OK”. Un Américain, Terry Kemp, qui a fait partie des quelque 170 personnes retenues en otage par les terroristes, a de son côté indiqué à NBC qu'il avait entendu près de lui deux hommes et une femme s'exprimaient à voix basse au moment de l'attaque.

L'attaque de Radisson Blu a été revendiquée par le groupe jihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, "avec la participation" d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)", dont le décès a été annoncé à plusieurs reprises ces dernières années, notamment en juin dernier et en avril 2013. A chaque fois, ces annonces ont été démenties.

Celui qu'on surnomme "le Borgne" ou encore "Mister Malboro" a participé à la déstabilisation du nord du Mali en mars-avril 2012 par des djihadistes. Ces derniers ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France. Mais de nombreux territoires continuent d'échapper au contrôle des forces maliennes et étrangères et les attaques terroristes se sont étendues depuis le début de l'année vers le centre.

A LIRE AUSSI
>>
Mali : au moins 27 morts dans la prise d'otages, revivez les temps forts de la journée
>>
Prise d'otages à Bamako : qui se cache derrière cette attaque ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter