Mali : une dizaine de soldats français et des Casques bleus blessés lors d'une attaque

Mali : une dizaine de soldats français et des Casques bleus blessés lors d'une attaque
International

DRAME - Une attaque visant les camps de la Minusma et de la force Barkhane , dans le nord du Mali, a fait au moins un mort et une vingtaine de blessés, dont "une dizaine" de membres de la force française.

L'assaut s'est produit peu après 14h samedi. Les camps de la Minusma, la Mission des Nations unies au Mali, et de la force Barkhane à Tombouctou, au Mali, ont été la cible samedi d'une attaque "sans précédent". Elle a fait au moins un mort et une vingtaine de blessés, dont une "dizaine" de membres de la force française Barkhane. Selon un communiqué du ministère malien de la Sécurité et de la Protection Civile publié sur Facebook, cinq seraient gravement atteints.

Alors que les deux camps essuyaient une "dizaine de tirs de roquettes" des hommes déguisés en Casques bleus ont tenté de "s'infiltrer" dans la zone militaire, située sur le site aéroportuaire de "la perle du désert". Ils se déplaçaient à bord de deux véhicules piégés. Le premier, qui a réussi a passer le checkpoint, portait les couleurs des Forces armées maliennes (FAMas).  Le second affichait le sigle "UN" des Nations unies. Il "a pu être immobilisé".

"Sur les lieux, au niveau du virage de l'aéroport, j'ai remarqué qu'il y avait un premier véhicule, un pick-up blanc avec les insignes des Nations Unies qui était arrêté avec son contenu d'explosifs. Je sentais qu'il y avait la panique dans les rangs de la Minusma. On tirait un peu partout", raconte Yéya Tandina, journaliste à Tombouctou, à RFI. Il s'est rendu sur les lieux une heure après le début de l'attaque.

Selon le ministère, "les combats ont pris fin vers 18h30", plus de quatre heures après le commencement. "C'est la première fois qu'il y a eu une attaque de cette envergure contre la Minusma à Tombouctou", a relevé auprès de l'AFP une source sécuritaire étrangère. "C'est une attaque qu'on n'avait jamais connue", a d'autre part confirmé un responsable du gouvernorat de Tombouctou. Jean-Pierre Lacroix, le secrétaire général adjoint des Nations Unies aux Opérations de Maintien de la Paix, a adressé ses condoléances et son "entier soutien aux collègues", avant d'affirmer que la détermination de l'ONU "à soutenir la paix au Mali reste inébranlable".

Déployée au Mali en juillet 2013, la Minusma, compte environ 12.500 militaires et policiers. Elle avait, avant l'attaque de samedi, déjà perdu plus de 160 Casques bleus, dont 102 dans des actes hostiles, ce qui fait d'elle la mission de maintien de la paix de l'ONU la plus coûteuse en vie humaines. Les opérations Minusma et Barkhane ont été créées en 2014 pour lutter contre  la progression de groupes liés à Al-Qaïda au Mali. Bien qu'ils aient depuis lors été dispersés et en grande partie chassés du nord du Mali, où ils tentaient de dicter leur loi, des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU. Elles sont régulièrement visées par des attaques. En octobre 2017, quatre soldats américains et quatre militaires nigériens ont été tués dans une embuscade au Niger.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent