Mali : un civil succombe à ses blessures après des tirs de soldats français sur un bus

Des soldats français  de la force Barkhane veillent lors d'une pause. Photo prise le 26 mars 2019.
International

INTERNATIONAL - L'état major français a annoncé le décès d'un civil malien - et la blessure de deux autres - après l'intervention accidentelle de militaires français de la force anti-djihadiste Barkhane. Plusieurs balles ont été tirées vers un bus qui refusait de s'arrêter malgré plusieurs sommations.

Drame ce mardi dans le nord-est du Mali. À une poignée de kilomètres de Gao, trois passagers d'un bus ont été touchés par des balles de soldats français dans un accident dont les circonstances exactes restent encore à élucider. L'état-major français a fait le point sur la situation dans un communiqué. Selon l'armée, un "bus se dirigeait à vive allure en direction d'un convoi militaire" au moment des faits. Il aurait alors "fait l'objet de sommations verbales et gestuelles, puis d'un premier tir de sommation, alors que la menace de véhicules suicides est élevée". Sans succès, le véhicule ne modifiant pas son allure. "Un second tir de sommation dirigé vers le sol a alors été effectué. Deux balles ont ricoché sur le sol et traversé le pare-brise, blessant trois passagers dont l'un grièvement" racontent les autorités. Malgré son évacuation immédiate, le blessé grave a succombé "des suites de ses blessures", précise le communiqué. 

Après avoir présenté ses "sincères condoléances", l'état-major français a souligné que toutes les mesures ont d'ores et déjà été prises "pour établir les circonstances exactes de cet événement".

Lire aussi

Cet accident intervient dans un climat d'incertitude et de tension. Le Mali est en effet dirigé depuis le 18 août par une junte militaire qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta après sept années au pouvoir. Les militaires ont annoncé une réunion avec les partis et la société civile en fin de semaine, un geste qui doit entamer la transition vers le retour des civils au pouvoir. La France dispose d'une forte puissance militaire dans la région - rendue instable par les actions de groupes affiliés à l'Etat Islamique - avec 5.100 soldats déployés dans le cadre de l'opération Barkhane. 

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent