Mali: un médecin militaire français décède dans une opération contre des groupes "terroristes"

International
DÉCÈS - Un médecin militaire français a trouvé la mort au Mali à la suite "du déclenchement d'un engin explosif improvisé" au passage de son véhicule blindé, lors d'une opération de lutte "contre les groupes armés terroristes", a annoncé la présidence française ce mardi.

La présidence française a annoncé ce mardi le décès de Marc Laycuras, un médecin militaire au Mali, après le "déclenchement d'un engin explosif improvisé" au passage de son véhicule blindé, lors d'une opération de lutte "contre les groupes armés terroristes". 


Dans un communiqué, qui ne précise pas le lieu de l'opération, le chef de l'Etat Emmanuel Macron a fait part de sa "très grande tristesse" et rappelle "l'entier soutien de la France au Mali et à la force des Nations unies pour la mise en oeuvre de l'accord de paix" de 2015.

De son côté, le Service de Santé des Armées a fait part de sa tristesse. "Le SSA est en deuil. Le médecin Marc Laycuras a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France. L’ensemble du Service de santé s’associe à la peine de sa famille, de ses proches et de ses camarades", pouvait-on lire sur le compte Twitter du SSA.

L'armée française mène depuis un an et demi, avec la force antidjihadiste Barkhane, une série d'opérations militaires dans le Liptako, dans le nord-est du pays. Son action s'est également étendue de l'autre côté du fleuve Niger, dans la zone adjacente du Gourma, frontalière du Burkina Faso.


En mars 2012, le nord du Mali est tombé sous la coupe de groupes djihadistes,  dispersés en majorité par une intervention militaire initiée par la France en  janvier 2013.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter