Mali : le président d'un bureau de vote de Tombouctou tué, les autorités accusent des djihadistes

Mali : le président d'un bureau de vote de Tombouctou tué, les autorités accusent des djihadistes

DirectLCI
TENSIONS - Le président d'un bureau de vote encadrant la tenue de l'élection présidentielle malienne a été tué par balles, dimanche 12 août, par des hommes armés au sud-ouest de Tombouctou, dans le nord du pays.

Tombouctou, toujours aux prises avec des radicaux. Alors que le Mali élit son président ce dimanche, des hommes armés ont tué par balles le président d'un bureau de vote, non loin de Tombouctou, au nord du pays. Selon une source proche de la police malienne, six djihadistes sont venus vers 13h30 dans un bureau de vote d'Arkodia pour "interdire le vote", ont tiré sur le président du bureau de vote qui a voulu fuir et l'ont tué.


Ce meurtre est représentatif de climat de violence extrême dans lequel est plongé le Mali. Ce samedi, trois membres d'un "commando" avaient été interpellés parce qu'ils "planifiaient des attaques ciblées" à Bamako.

Et lors du premier tour le 29 juillet, quelque 3% des bureaux de vote étaient restés fermés en raison de violences, empêchant près de 250.000 Maliens de se rendre aux urnes, surtout dans le Centre et le Nord. 

Une menace djihadiste toujours vivace

Les Maliens votent ce dimanche au second tour d'une élection dont le président Ibrahim Boubacar Keïta est donné favori malgré des accusations de fraude et une menace djihadiste que cinq années d'interventions militaires internationales n'ont pas réussi à éradiquer.
  

Déterminant pour l'avenir du Sahel, le scrutin ne déclenche pas les passions au Mali, la victoire semblant déjà promise au sortant, dit "IBK", face à l'opposant Soumaïla Cissé.

Le vainqueur entrera en fonction début septembre avec la lourde tâche de relancer l'accord de paix conclu en 2015 avec l'ex-rébellion à dominante touareg, dont l'application accumule les retards. L'accord avait été signé après l'intervention de l'armée française qui, en 2013, avait repris le contrôle du nord du Mali, où les djihadistes avaient imposé la charia pendant un an.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter