Malte : 356 migrants secourus à bord de l'Ocean Viking autorisés à débarquer, la France en accueillera 150

International

Toute L'info sur

Migrants : l'UE évite la crise politique

SAUVETAGE - Ce vendredi après-midi, 356 migrants ont été autorisés à débarquer de l'Ocean Viking. Transférés en pleine mer par groupes de 15 hors des eaux territoriales de Malte, ils seront répartis entre la France, l'Allemagne, l'Irlande, le Luxembourg, le Portugal et la Roumanie.

Après 14 jours d'attente, un accord européen de répartition a autorisé le débarquement des 356 personnes secourues à bord de l'Ocean Viking, navire de sauvetage opéré par SOS en partenariat avec Médecins sans frontières (MSF). Elles ont été transférées, vendredi après-midi, sur des navires appartenant aux Forces armées maltaises, par groupes de 15, puis débarquées à Malte. Dans un communiqué, SOS Méditerranée a exprimé sa satisfaction : "SOS MEDITERRANEE est soulagée qu'une solution européenne ait finalement été trouvée pour les 356 rescapés à bord de l'Ocean Viking." 

"Quatorze mois après le premier blocage vécu par notre précédent navire, l'Aquarius, nous regrettons qu'il n'y ait pas de mécanisme prévisible européen mis en place afin d'éviter de prolonger la souffrance de personnes vulnérables en pleine mer. Le fait que Malte, plusieurs États membres et la Commission européenne aient eu un rôle décisif dans cette prise de décision montre qu'une nouvelle coopération est possible afin d'éviter d'autres naufrages mortels et des blocages inutiles en Méditerranée centrale", explique Frédéric Penard, le directeur des opérations de SOS Méditerranée.

Les 356 rescapés répartis entre la France, l'Allemagne, l'Irlande, le Luxembourg, le Portugal et la Roumanie

"Ce blocage de 14 jours de l'Ocean Viking a été choquant. Les États européens et leurs sociétés civiles ne peuvent accepter qu'une telle situation puisse se reproduire. SOS Méditerranée et MSF retourneront en mer le plus vite possible : tant que des personnes seront en situation de détresse en mer Méditerranée et tant que les États ne prendront pas leurs responsabilités, la société civile et les sauveteurs prendront la mer afin de tenter d'empêcher des personnes qui fuient la Libye de se noyer", ajoute Frédéric Penard.

Après l'opération de transfèrement des 356 migrants, l'Ocean Viking est reparti vers Marseille, son port d'attache. Le Premier ministre maltais Joseph Muscat, après avoir expliqué les conditions de transfèrement, à savoir en pleine mer, hors des eaux territoriales maltaises, a précisé que les 356 rescapés seront répartis entre "la France, l'Allemagne, l'Irlande, le  Luxembourg, le Portugal et la Roumanie", soulignant qu'"aucun ne restera à Malte".

Lire aussi

La France accueillera 150 migrants, a annoncé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, soulignant que Paris "maintient sa solidarité", trois  jours après avoir décidé de recueillir 40 migrants du navire espagnol Open Arms. Le commissaire européen aux migrations Dimitris Avramopoulos a remercié Malte pour avoir fait preuve "de solidarité concrète" en permettant le  débarquement des rescapés et s'est félicité de l'accord trouvé entre les Etats européens "dans un esprit de responsabilité collective".

La plupart de ces migrants, dont les deux tiers viennent du Soudan, ont fui la Libye pour échapper à un large éventail de mauvais traitements, de détentions arbitraires et parfois de tortures. Selon l'équipe médicale du navire, ces personnes sont arrivées en mauvaise santé, souvent à la limite de la malnutrition. Jusqu'à jeudi et le départ vers la Libye du MareJonio, l'Ocean Viking était le dernier navire humanitaire encore présent en Méditerranée pour secourir des migrants.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter