Manifestation de handicapés, divison des Républicains : Trump dans le bourbier de la réforme de santé

International
ÉTATS-UNIS - Après avoir promis d'abroger l'assurance santé mise en place par Obama, Donald Trump est confronté à la division des sénateurs républicains, et à l'opposition de citoyens attachés à l'"Obamacare".

Le chantier de la réforme de l'Obamacare n'en finit pas de poser des problèmes à Donald Trump. Le président américain, qui avait promis d'aborger le système de santé mis en place par Obama, est confronté à la division des sénateurs républicains, ainsi qu'à des manifestations d'opposants qui veulent sauver leur assurance santé.


Ce jeudi, aux cris de "no cuts to Medicaid" (pas de coupes dans le budget de l'assurance maladie), des dizaines de personnes handicapées, dont certaines en fauteuil roulant, ont manifesté dans le Sénat américain pour protester contre le projet de réforme du système de santé, dont le vote final au Sénat doit avoir lieu fin juin.

Le 4 mai dernier, la Chambre des représentants, à majorité républicaine, a voté de justesse un premier texte censé abroger l'Obamacare, pour le remplacer par un système offrant moins de garanties. Ce projet supprimerait l'obligation de s'assurer instaurée par Obamacare, au nom de la liberté individuelle, et annulerait les impôts créés pour financer le dispositif. Enfin, cette réforme conduirait à réduire progressivement, à partir de 2021, les aides fédérales qui financent Medicaid, l'assurance publique destinée aux plus pauvres, qui assure un Américain sur cinq.


Le problème, c'est qu'en plus de fâcher toute une partie de la population qui bénéficiait du Medicaid, cette réforme est loin de faire l'unanimité parmi les sénateurs républicains. Les plus modérés ont reproché au projet de loi d'être trop extrême. Ce jeudi, les chefs républicains du Sénat ont donc dévoilé une version légèrement amendée, censée convaincre ces élus modérés hésitants. Dans cette version plus "modérée", les assurances privées n'auraient plus le droit de faire payer plus aux personnes ayant des antécédents médicaux. Et les aides individuelles seraient moins réduites que dans le projet de loi initial.

En vidéo

Trump veut construire un mur solaire avec le Mexique

Mais cette fois, ce sont 5 sénateurs républicains, parmi les plus conservateurs, qui trouvent que cette deuxième mouture ne va pas assez loin. Parmi eux, Ted Cruz et Rand Paul, ont qualifié le nouveau projet "d'Obamacare light". Si ces derniers se disent prêts à négocier, la marge de manoeuvre des Républicains au Sénat est très faible, car il suffirait de 3 voix discordantes pour que le texte soit rejeté. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter