Manifestations à Hong Kong : le pouvoir suspend son projet de loi sur les extraditions vers la Chine

International

Toute L'info sur

Hong Kong se soulève contre Pékin

MOBILISATION - La dirigeante de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a annoncé samedi la suspension du projet de loi controversé autorisant les extraditions vers la Chine. Le texte avait d'abord été reporté, mais cette première annonce n'avait pas interrompu les manifestations monstre la semaine dernière. La mobilisation prévue dimanche est maintenue.

Le pouvoir cède face à la protestation. Après une semaine de manifestations et d'affrontements sans précédent dans l'ancienne colonie britannique, la dirigeante de l'exécutif de Hong Kong a annoncé samedi la suspension du projet de loi controversé autorisant l'extradition de ressortissants vers la Chine. 

"Le gouvernement a décidé de suspendre la procédure d'amendement législatif", a annoncé Carrie Lam à la presse. L'exécutif avait déjà annoncé la veille sa volonté de favoriser une désescalade, alors que des alliés politique de la dirigeante la pressaient de revoir la copie sur ce texte.  Lors d'une conférence de presse samedi, elle a annoncé que les travaux sur le projet seraient suspendus, ajoutant qu'aucune date n'était fixée pour sa réintroduction. "Le conseil arrêtera de travailler sur le projet de loi jusqu'à ce que nous ayons achevé de communiquer et d'entendre les opinions", a-t-elle ajouté. 

"Je suis profondément attristée et regrette que les déficiences de notre travail et d'autres facteurs aient provoqué d'importantes controverses et conflits dans la société, après une période de deux ans relativement calme", a également déclaré la dirigeante. Malgré l'annonce, les organisateurs ont annoncé samedi qu'ils maintenaient la nouvelle mobilisation prévue dimanche. 

Lire aussi

Manifestations sans précédent

Le projet de loi polémique a suscité une mobilisation sans précédent dans l'ancienne colonie britannique. Mercredi, alors que le gouvernement esquissait un report du texte, des dizaines de milliers de protestataires ont été dispersés par la police anti-émeutes avec des balles de caoutchouc et du gaz lacrymogène, des violences sans équivalent depuis la rétrocession à la Chine en 1997. 

Dimanche dernier, un million de personnes avaient défilé. L'opposition massive au projet de loi est soutenue par des avocats, des organisations juridiques, des industriels, des chambres de commerce, des journalistes, des militants et des diplomates occidentaux. Selon le South China Morning Post, Carrie Lam a tenu vendredi soir une réunion d'urgence avec ses conseillers, tandis que des responsables chinois se réunissaient eux aussi dans la ville voisine de Shenzhen pour tenter de trouver un moyen de sortir de l'impasse.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter