Manifestations pro-Navalny : la tension monte d'un cran entre Moscou et Washington

Manifestations pro-Navalny : la tension monte d'un cran entre Moscou et Washington

DIPLOMATIE - Moscou a dénoncé dimanche l'"ingérence grossière" des Etats-Unis qui ont critiqué les interpellations massives de manifestants par la police lors de rassemblements en Russie pour la libération de l'opposant Alexeï Navalny.

Le torchon brûle (encore) entre Moscou et Washington. Les autorités américaines ont condamné samedi 29 janvier, avec véhémence, les "tactiques brutales" de la Russie contre les manifestants d'opposition. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a d'ailleurs réclamé la libération de l'opposant Alexeï Navalny, s'attirant ainsi les foudres du Kremlin.

Toute l'info sur

Navalny-Poutine : le conflit sans fin

Ce nouveau bras de fer entre les chancelleries a débuté avec une publication d'Antony Blinken sur le réseau social Twitter. "Les Etats-Unis condamnent l'usage persistant de tactiques brutales de la Russie contre des manifestants pacifiques et des journalistes pour la deuxième semaine de suite et renouvellent leur appel à libérer ceux qui ont été arrêtés, parmi lesquels Alexeï Navalny", a affirmé le nouveau monsieur diplomatie de la Maison Blanche. 

Une "ingérence grossière" pour Moscou

Sans surprise, Moscou a répliqué dans la foulée. "L'ingérence grossière des États-Unis dans les affaires intérieures de la Russie est un fait avéré, tout comme la promotion des fausses informations et les appels à participer à des actions illégales de la part de plateformes internet contrôlées par Washington", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

En toile de fond de ce bras de fer diplomatique : la nouvelle journée de manifestations en Russie, avant la comparution d'Alexeï Navalny devant ses juges, prévue la semaine prochaine. La police russe a en effet déployé dimanche un important dispositif et fermé l'accès au centre de plusieurs villes lors de nouvelles manifestations à travers le pays pour exiger la libération de l'opposant Alexeï Navalny. Selon l'organisation OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations en Russie, au moins 1.643 arrestations ont eu lieu dans 70 villes, mais principalement à Moscou (338).

Lire aussi

L'opposant est visé par de multiples procédures judiciaires depuis son retour en Russie le 17 janvier, qu'il considère comme politiquement motivées. Ces rassemblements font suite à une première journée de mobilisation samedi dernier qui a réuni des dizaines de milliers de protestataires et s'était soldée par plus de 4.000 interpellations, ainsi que l'ouverture d'une vingtaine d'affaires pénales.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

EN DIRECT - Covid-19 : la quarantaine obligatoire mise en place dès samedi

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

"Rouvrir les terrasses n'est pas un problème", assure Gérald Kierzek

Lire et commenter