Mardi noir en Afghanistan : près de 50 morts dans une série d'attentats

Mardi noir en Afghanistan : près de 50 morts dans une série d'attentats
International
DirectLCI
TERRORISME - Ce mardi, une série d'attentats a fait près de 50 morts et secoué trois villes afghanes dont Kaboul, frappée pour la première fois de l'année, et les capitales du Helmand et de Kandahar dans le sud.

Un double attentat contre des bureaux annexes au Parlement afghan à Kaboul, perpétré ce mardi 10 janvier par un kamikaze à pied et une voiture piégée, a fait au moins 30 morts et 80 blessés, à l'heure de sortie des bureaux.


Au moins "30 tués et 80 blessés", selon un porte-parole du ministère de la Santé, ont été acheminés dans les hôpitaux dans les heures qui ont suivi la double attaque. "Ce bilan est susceptible de s'alourdir car certains blessés sont dans un état critique", a-t-il prévenu, alors que les ambulances et des véhicules de pompiers continuaient de s'activer sur le site.

Attentat revendiqué par les talibans

Une source des services de sécurité a également signalé que "quatre policiers", pour la plupart membres des services de renseignements afghans (NDS), se trouvaient au nombre des morts et que ce bilan aussi pourrait augmenter, "car ils ont été fauchés par la seconde explosion", celle perpétrée à la voiture piégée.


Les talibans ont rapidement revendiqué cette opération dans un message posté sur Twitter, assurant que leur kamikaze avait "visé un minibus transportant des employés du NDS, faisant 30 morts" et la voiture piégée, "des hommes de la force de réaction rapide" accourus sur les lieux. Pour le porte-parole des insurgés, les victimes "sont toutes des agents de renseignements".


L'annexe du Parlement abrite différentes commissions techniques, comme la commission financière ainsi que les bureaux de certains parlementaires. Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Sediq Sediqqi, "la première explosion s'est produite devant un minibus" qui attendait les employés : elle a été perpétrée par un kamikaze à pied.  "Nous cherchons à vérifier l'identité des victimes", a-t-il dit à l'AFP sans pouvoir indiquer si des députés se trouvaient parmi elles.

"Au beau milieu de la foule"

Un garde de sécurité du Parlement, joint par l'AFP, "Zabi", a rapporté que "le kamikaze s'est approché à pied des employés qui quittaient leur bureau et a déclenché sa charge au beau milieu de la foule", tuant et blessant "de nombreuses personnes". Peu après, il a "remarqué une voiture suspecte garée de l'autre côté de la rue" face au Parlement: "Le temps que je crie aux passants de s'écarter, elle a explosé, me rejetant en arrière".


Il s'agissait d'un gros véhicule 4x4 garé à proximité et totalement soufflé, a constaté un photographe de l'AFP, qui a rapporté des images de dévastation : chaussée jonchée de sang et de débris, bâtiment en feu. "Beaucoup de gens ont été également tués et blessés dans cette seconde explosion", a-t-il raconté. Lui-même a été touché "à la main, au pied et au cou".  


A Kaboul, les annexes du Parlement visées ce mardi se trouvent juste en face de l'Université américaine, durement frappée en septembre dernier par une "attaque complexe" - une explosion qui ouvre la voie à un commando armé. Au moins 16 personnes, en majorité des étudiants, avaient été tuées et de très nombreuses blessées.

9 et 7 morts dans deux autres attentats, le même jour

Cette journée de mardi 10 janvier ne s'est pas terminée-là. Un peu plus tôt, un attentat-suicide avait fait sept morts au moins parmi des responsables locaux et tribaux à Lashkar Gah, la capitale provinciale du Helmand (sud), selon le chef de la police Aqa Noor Kintoz. Les forces de sécurité ont également désamorcé une voiture piégée à l'extérieur de la réunion.


En fin d'après-midi, à Kandahar, au moins neuf personnes ont été tuées dans un attentat visant la  résidence du gouverneur de la ville, située dans le sud de l'Afghanistan, selon la télévision locale Tolo News citant un porte-parole provincial. Le chef de la police provinciale a pour sa part évoqué un bilan de "12 blessés et autant de tués", dont le gouverneur et l'ambassadeur des Emirats Arabes Unis en Afghanistan. "Les explosifs avaient été placés dans les canapés et ont détonné pendant le diner" a-t-il précisé. "Certaines victimes, totalement brûlées, n'ont pu être identifiées".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter