Maroc : des diplômés et chômeurs malvoyants menacent d'organiser un "suicide collectif" dans les prochains jours

Maroc : des diplômés et chômeurs malvoyants menacent d'organiser un "suicide collectif" dans les prochains jours

CHÔMAGE - De jeunes diplômés marginalisés car malvoyants menacent de se suicider collectivement, dans une lettre adressée au gouvernement, aux parlementaires et aux journalistes.

Des menaces qui durent et qui ne semblent pas être prises au sérieux. Depuis quelques mois, des membres de la "coordination nationale des diplômés malvoyants" menacent de se suicider collectivement pour faire entendre leur malaise et demander leur intégration au sein de la fonction publique, garantie de la sécurité de l'emploi. 

Ce mardi 26 février, ils ont réitérés leurs menaces dans une lettre (en arabe), repérée par Franceinfo, adressée au gouvernement marocain, aux parlementaires, aux journalistes et plus largement, au peuple marocain. 

Ces diplômés malvoyants estiment être exclus de la société et expliquent vivre dans des conditions déplorables en raison de leur position en marge du marché du travail, lié à leur handicap. Ils expliquent également que le gouvernement ne fait guère avancer leur cause et cette absence de soutien les conduit à prendre une décision irrémédiable : "c'est pourquoi nous, membres de la coordination nationale des aveugles qui avons des diplômes au Maroc, avons décidé de faire offrandes de nos âmes dans un sacrifice collectif dans les prochains jours pour la cause des aveugles au Maroc", disent-ils, espérant que ce geste "servira aux générations futures et améliorera les conditions de vie dans le pays".

En octobre dernier, l'un d'eux avait trouvé la mort en chutant d'un immeuble, au cours d'une action menée par la coordination

Ce n'est évidemment pas la première fois que ces jeunes malvoyants tentent d'attirer l'attention du gouvernement et des acteurs locaux sur leur situation. La situation dure déjà depuis près de dix ans. En 2012, un jeune marocain au chômage avait perdu la vie après avoir tenté de s'immoler par le feu, suscitant colère et indignation chez les groupes de diplômés sans emploi. En mars 2017, une dizaine de malvoyants au chômage avaient tenté de s'immoler par le feu à Marrakech. En octobre 2018, l’un d’eux avait trouvé la mort, en chutant du toit d'un ministère, lors d’un sit-in. Des gestes qui n'ont guère suscité d'engagements de la part du gouvernement.

Plus largement, le chômage touche plus de 4 jeunes urbains sur 10 : une problématique au centre des préoccupations sociales qui nourrit frustration et mécontentement populaire. Le taux de chômage des personnes en situation de handicap s’élève à 47,65%, soit quatre fois plus que la moyenne, dans un pays qui compte 2,3 millions de handicapés, selon une étude officielle publiée en 2016.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

EN DIRECT - Covid-19 : Le Maire demande le gel des primes d'assurance pour les restaurateurs

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Vendée Globe : Escoffier possiblement récupéré par une frégate le 7 décembre

Lire et commenter