Maroc : deux homos condamnés à 4 mois de prison pour un baiser public

Maroc : deux homos condamnés à 4 mois de prison pour un baiser public

DirectLCI
LGBT - Lahcen et Mohsine, internationalement soutenus, risquaient jusqu'à trois ans de prison en vertu de l'article 489 du code pénal marocain qui criminalise les actes homosexuels.

Ils risquaient jusqu'à trois ans de prison en vertu de l'article 489 du code pénal marocain qui punit ce qu'il appelle les actes "impudiques ou contre nature". Ce vendredi 19 juin, Lahcen, 38 ans, et Mohsine, 25 ans, deux homos marocains, ont été condamnés à quatre mois de prison ferme, rapporte l'AFP, pour "outrage public à la pudeur" et "acte contre nature avec un individu du même sexe". En plus d'une amende de 500 dirhams chacun, soit 45 euros. Hassan Ettass, l'un des avocats de la défense, a par ailleurs annoncé son intention d'interjeter appel.

Un baiser public

Le 3 juin dernier, les deux hommes s'étaient embrassés en public sur l'esplanade de la tour Hassan, dans la capitale Rabat, le lendemain de l'expulsion de deux militantes Femen qui s'étaient également embrassées, seins nus, devant le monument pour dénoncer la pénalisation de l'homosexualité. Il y a tout juste un mois, trois hommes avaient également été poursuivis pour homosexualité, après avoir été dénoncés par des voisins. 

Si les deux hommes ont démenti s'être embrassés, ils ont reçu le soutien du collectif LGBT marocain Aswat qui a lancé une pétition réclamant la "libération immédiate de Lahcen et Mohsine". Présentée sur la plateforme de l'ONG All Out, elle a reçu 75.000 signatures pour soutenir les deux hommes. Au Maroc, la dépénalisation de l'homosexualité fait actuellement débat et divise autant la presse que la société. La semaine dernière, après la publication d'une Une homophobe "Faut-il brûler les homos ?", l 'hebdomadaire Maroc Hebdo s'était excusé et avait retiré son numéro des kiosques après le tollé occasionné. 

EN SAVOIR +
>>  Deux Femen françaises expulsées du Maroc

>>  "Faut-il brûler les homos ?" Face au tollé, l'hebdo marocain s'excuse

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter