Maroc : un homme arrêté après avoir appelé à décapiter des bénévoles belges en short

International

MENACES DE MORT - Des bénévoles belges travaillant en short sur un chantier dans le sud du Maroc ont provoqué des réactions très virulentes. Un instituteur a notamment appelé sur Facebook à les décapiter. Il a été arrêté.

Un homme de 26 ans a été arrêté lundi 5 août au Maroc après avoir appelé, sur Facebook, à décapiter un groupe de jeunes bénévoles belges qui travaillaient sur un chantier dans un village près de Taroudant, a annoncé la Sûreté marocaine (DGSN). Un député marocain a pour sa part critique leur tenue "légère".

Des menaces de mort qui surviennent après la diffusion d'un reportage montrant les bénévoles dont des jeunes femmes, terrasser un chemin en short. L'homme, un instituteur, a posté un message appelant à leur exécution. Vivant dans le nord du pays, il va être poursuivi pour "incitation à des actes terroristes", selon la DGSN.

Lire aussi

"Depuis quand les Européens font-ils des travaux en tenue de baignade ?"

Autre réaction choquante : celle d'Ali El Asri, un député marocain du parti islamiste (PJD) qui s'est indigné sur son compte Facebook. "Depuis quand les Européens font-ils des travaux en tenue de baignade ?", a-t-il écrit avant de supprimer sa publication du réseau social.  

Le groupe de bénévoles belges intervenait en liaison avec une association locale. Une initiative en grande majorité saluée, il faut le préciser, par les internautes qui saluent le "dévouement" de ces bénévoles "venus faire le boulot à la place des responsables locaux." Une affaire qui fait tristement écho à l’assassinat de deux touristes scandinaves perpétré en 2018 par des Marocains radicalisés au nom du groupe Etat islamique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter