Maroc : une ado, mariée de force à son violeur, défigurée pour avoir voulu divorcer

International

MARRAKECH - Une jeune fille de 17 ans, contrainte d'épouser son violeur en 2013, a voulu demander le divorce. Furieux, l'homme l'a lardée de coups de lame de rasoir, qui ont nécessité une quarantaine de points de suture.

En 2013, Khaoula, jeune Marocaine de 16 ans vivant à Marrakech, est violée puis forcée d'épouser son agresseur. Après une année d'horreur, la jeune fille craque la semaine dernière et trouve le courage de lui demander le divorce. Mais ce dernier entre dans une colère noire. "Je te jure que personne ne t'épousera après moi !" scande-t-il.

Armé d'une lame de rasoir, il l'aurait lardée d'une " cinquantaine de coups au visage et une vingtaine sur ses mains et ses bras", selon  l'hebdomadaire Tel Quel , qui cite un responsable local de l'Association marocaine des droits humains (AMDH).

Suicide d'une mineure contrainte d'épouser son violeur

Hospitalisée, elle souffrirait "de multiples entailles". Celles-ci l'auraient "défigurée" et auraient nécessité une quarantaine "de points de suture". Des ONG locales comptent aider la jeune femme à "réclamer justice", a précisé à l'AFP le responsable de l'AMDH, Omar Arbib.

Ce fait divers n'est pas sans rappeler une affaire qui avait suscité l'émoi au Maroc et même au-delà avec le suicide, en mars 2012, de la jeune Amina Filali. Agée de 16 ans, celle-ci avait été contrainte d'épouser son violeur.

Devant les protestations de la population, le Parlement avait amendé en janvier dernier l'article du Code pénal, qui permettait à un violeur d'échapper aux poursuites en épousant sa victime mineure . En revanche, aucune disposition n'est venue limiter la loi sur le mariage des mineures. 35 000 jeunes femmes de moins de 18 ans ont ainsi été épousées au Maroc en 2013.

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos faits divers

Lire et commenter