Ile Maurice : "Tout le fioul a été pompé des réservoirs" du bateau échoué

Ile Maurice : "Tout le fioul a été pompé des réservoirs" du bateau échoué
International

ENVIRONNEMENT - Le Premier ministre de l'île Maurice Pravind Jugnauth a affirmé ce mercredi que "tout le fioul a été pompé des réservoirs" du vraquier. Ce dernier s'était échoué fin juillet sur un récif.

Une victoire dans la bataille contre la marée noire à l'île Maurice.  "Tout le fioul a été pompé des réservoirs" du vraquier échoué fin juillet sur un récif près de la côte sud-est, a annoncé mercredi à la presse le Premier ministre Pravind Jugnauth.

"C'était une course contre la montre et je salue le travail formidable abattu pour éviter une nouvelle marée noire", a ajouté le Premier ministre, précisant qu'il ne restait qu'une centaine de tonnes à bord, dans la cale notamment.

Lire aussi

Le navire menace de se briser à tout moment

Toute l'info sur

Île Maurice : la crainte d'un désastre écologique

Si l'opération de secours constitue un soulagement pour les équipes et les secours, le risque demeure réel. Et pour cause : le navire menace de se briser en deux à tout moment. "Nous sommes à un état avancé du processus de fracturation. Le vraquier n'a pas beaucoup de temps devant lui", a déclaré un scientifique participant aux secours, sous couvert d'anonymat. Des plongeurs ont repéré de nouvelles fissures dans la coque du bateau et de sourds craquements étaient entendus depuis la côte, où une importante opération de nettoyage était en cours.

Le vraquier MV Wakashio, qui transportait 3.800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel, a heurté le 25 juillet un récif à Pointe d'Esny. Une fissure dans la coque a entraîné une fuite d'hydrocarbures venus souiller les récifs coralliens, les lagons et les mangroves, dans ce qui est une catastrophe environnementale sans précédent pour cette île de l'océan Indien.

La France a envoyé plus de 20 tonnes de matériel, dont 1.300 mètres de barrages flottants, du matériel de pompage et des protections, ainsi qu'une dizaine d'experts par avion et bateau depuis la Réunion. A environ 200 kilomètres, l'île française n'est pas menacée, a précisé le gouvernement français.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent