Méditerranée : 20 cadavres de migrants repêchés, la Tunisie en première ligne de la crise

Méditerranée : 20 cadavres de migrants repêchés, la Tunisie en première ligne de la crise

CLANDESTINS - Des migrants originaires d'Afrique subsaharienne ont été repêchés au large de la Tunisie après le naufrage de leur embarcation. Un drame de plus dans cette zone devenue l'épicentre de la crise migratoire.

C'est au large de la ville de Sfax, sur la côte est de la Tunisie, que la macabre découverte a eu lieu. Vingt cadavres de migrants, tous originaires d'Afrique subsaharienne, ont été repêchés par les autorités. Un drame qui met en lumière la crise migratoire qui n'en finit pas de se jouer dans les eaux méditerranéennes. 

Selon Mohamed Zekri, porte-parole du ministère de la Défense, l'embarcation de fortune des migrants a fait naufrage. Cinq personnes ont pu être secourus et les opérations de recherche par les gardes maritimes sont toujours en cours. Selon le ministère de l'Intérieur, l'embarcation de fortune était partie de Sidi Mansour, dans la région de Sfax, pour rallier illégalement les côtes italiennes. Des côtes synonymes d'El dorado pour des centaines d'Africains.

Près de 28.400 traversées en 2020

En effet, malgré la crise sanitaire, l'Europe et surtout l'Italie n'ont jamais cessé d'attirer les candidats à l'exil ces dernières années. Le nombre de départs s'est même accéléré ces derniers mois : selon l'Agence de surveillance des frontières européennes (Frontex), le nombre de traversées en Méditerranée centrale a doublé sur les dix premiers mois de l'année par rapport à la même période en 2019, pour atteindre 28.400.

Lire aussi

Un cinquième des réfugiés et migrants arrivant dans des pays méditerranéens cette année sont des Tunisiens, selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Pandémie, crises politiques, incertitudes sur l'avenir : le nombre de départs irréguliers depuis la Tunisie est le plus important depuis 2011, année marquée par un pic, suivi d'une forte chute. 

Du côté des autorités, l'heure semble être à la prise de conscience . Dans un entretien sur la chaîne française France 24 mi-décembre, le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi, en déplacement en France, a souligné la nécessité "d'aller rechercher les causes de cette immigration clandestine" et de "travailler en profondeur" sur le sujet. "Nous avons mis en avant le concept de développement solidaire entre les deux rives de la Méditerranée, c'est une approche qui pourrait tacler cette immigration clandestine," a-t-il estimé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Dr Gérald Kierzek : "Il n'y a aucune démonstration scientifique qu'un confinement intermittent a une efficacité"

Lire et commenter