Méfiance, cette statue taguée n'est pas installée en France mais aux Etats-Unis

Des internautes se sont laissés tromper, pensant qu'il s'agissait d'une photo prise en France.
International

À LA LOUPE - Une publication sur les réseaux sociaux tente de discréditer les partisans français au mouvement Black lives matter en montrant une statue vandalisée. Si ces tags sont bien réels, le cliché a toutefois été réalisés aux Etats-Unis, dans l'Etat de Virginie.

"Elle est pas belle la France ?" C'est par ces mots qu'une internaute a commenté un cliché à ses abonnés sur Twitter. Sur la photo en question, on aperçoit ainsi une statue couverte de tags, faisant le rapprochement avec les mouvements de contestations observés ces dernières semaines et appelant à lutter contre le racisme. Repartagée près d'un milliers de fois, cette publication tente de discréditer les militants proches du mouvement Black lives matter, en cherchant à donner d'eux une image négative. 

Lorsque l'on s'intéresse plus en détails à la statue en question ou aux inscriptions qui sont taguées, l'on observe néanmoins que cette scène ne s'est pas déroulée en France, et que le commentaire qui lui est apposé est donc trompeur. Après quelques rapides recherches, il s'avère que la photo a été prise aux Etats-Unis.

Un ancien commandant de l'armée sudiste

Un bref examen des messages inscrits sur la statue suffit à douter du fait que le cliché soit pris en France. Si la forme de l'oeuvre, et son socle en particulier peuvent évoquer la place de République, le fait que les tags soient tous en anglais laisse peu de doutes quand à la localisation de cette scène. Après quelques recherches, il s'avère en effet que la photo a été prise en Virgine, aux Etats-Unis, et plus précisément dans l'ancienne capitale sudiste de Richmond.

Un lieu hautement symbolique, donc, où les manifestants du mouvement Black lives matters se sont réunis ces dernières semaines pour que soient retirés certains symboles de l'oppression et de l'esclavage subi par la communauté noire. La statue ici taguée n'est pas n'importe laquelle : elle représente en effet le commandant en chef de l'armée sudiste, le général Robert Lee, qui trônait depuis un siècle sur une place de la ville. 

Dans une Amérique marquée par le décès de George Floyd et alors que de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer les hommages rendus à des personnages controversés de l'histoire, la municipalité de Richmond a pris une décision radicale. Elle a en effet commencé mercredi à retirer une série de monuments en mémoire de l'armée confédérée, souvenirs de la guerre de Sécession (1861-1865). L'AFP souligne que cette statue du général Lee n'est pas la seule concernée, et a publié une série de photos illustrant le déboulonnage des monuments controversés de la ville. 

Contrairement à ce qu'à pu suggérer une publication largement relayée, la photo montrant une statue taguée n'a pas été prise en France. Le cliché a été pris aux Etats-Unis, en marge des vagues de contestation initiés par les membres du mouvement Black lives matter. La statue en question, installée à Richmond en Virginie, va être bientôt retirée de la place sur laquelle est se trouvait, à l'instar d'autres monuments représentant de figures sudistes du XIXe siècle. 

Toute l'info sur

À la loupe

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent