Melania Trump aurait pu être expulsée, si son mari avait été président lorsqu'elle a immigré aux États-Unis

Melania Trump aurait pu être expulsée, si son mari avait été président lorsqu'elle a immigré aux États-Unis
International

IMMIGRATION - Avant d'être naturalisée en 2005, Melania Trump aurait travaillé dans les États-Unis au milieu des années 90 avec un simple visa touristique, selon AP. Si Donald Trump était devenu président à cette époque, celle qui est aujourd'hui la Première dame aurait alors été renvoyée dans son pays, la Slovénie.

Toute l'info sur

Le "Muslim Ban" de Donald Trump

Le destin ne se joue parfois à pas grand-chose. Si l'actuelle First Lady, d'origine slovène, était venue travailler aux États-Unis sous la présidence de Donald Trump, elle aurait pu être tout simplement expulsée et renvoyée en Europe. Une thèse appuyée par le travail de l'agence Associated Press, qui s'est procurée des dizaines de fichiers, dont des contrats de travail signés par l'ancienne mannequin lors de son arrivée sur le territoire américain au milieu des années 1990.

Selon les documents recueillis par AP, celle qui s'appelait alors Melania Knauss - son nom de jeune fille - aurait été rémunérée pour ses activités de mannequinat en Amérique, alors qu'elle ne possédait qu'un simple visa touristique. Entre le 10 septembre et le 15 octobre 1996, elle aurait donc travaillé et n'aurait obtenu son visa de travail que le 18 octobre. Un travail jugé "illégal", puisque le visa touriste permet de rester aux États-Unis pendant six mois maximum mais ne donne pas le droit d'être rémunéré pour un emploi.

Les gens doivent respecter la loi- Melania Trump lors d'une interview à ABC

Bien qu'à l'époque déjà, la jeune femme violait les conditions d'entrée dans le pays, elle n'aurait pas été "une priorité d'exécution". Mais avec l'entrée en vigueur du décret sur l'immigration signé par Donald Trump, le 27 janvier dernier, la législation s'est durcie et travailler avec un visa non-valide peut valoir au fautif un retour direct dans son pays d'origine. 

En effet, depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, les agents de l'immigration ont pour consigne d'expulser en priorité tout ressortissant étranger qui a "commis une fraude ou une fausse déclaration intentionnelle dans le cadre d'une affaire officielle ou d'une demande auprès d'un organisme gouvernemental". Invité à réagir à ces informations, l'avocat représentant les Trump a assuré qu'ils n'étaient pas familiers des documents d'AP, sans mettre en doute leur véracité. 

Pendant la campagne, Melania Trump avait pourtant montré patte blanche lors d'un entretien à ABC : "J'ai traversé un long processus pour devenir une citoyenne américaine. Les gens doivent respecter la loi". Pas tous visiblement.

Lire aussi

En vidéo

La ville d'origine de Melania Trump félicite la nouvelle Première dame

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attentat de Conflans : "L'islam radical s'est infiltré au cœur même de notre société de tolérance et de liberté"

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent