Meurtre de Khashoggi : des maisons et des millions de dollars pour ses enfants de la part des Saoudiens ?

International
LE PRIX DU SANG - Selon le Washington Post, les quatre enfants du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné par des agents de Riyad à Istanbul le 2 octobre dernier, auraient reçu diverses compensations de la part de l’Arabie Saoudite.

Une forme d’aveu de la part du régime saoudien ? Après avoir nié être à l’origine du meurtre de Jamal Khashoggi puis avoir reconnu finalement une opération menée par des éléments saoudiens "hors de contrôle", l’Arabie Saoudite a décidé d’octroyer diverses compensations aux enfants du journaliste. Selon le Washington Post, journal américain auquel contribuait Khashoggi, son fils aîné, le seul resté en Arabie Saoudite, ainsi que son autre garçon et ses deux filles, installés aux Etats-Unis, ont récemment reçu chacun une maison à Djeddah (dont la valeur unitaire est estimée à 4 millions de dollars) ainsi que des versements mensuels d’environ 10 000 dollars.

Alors que le procès des suspects du meurtre est actuellement en cours (onze personnes comparaissent à huis clos devant la cour pénale de Riyad, cinq condamnations à mort ont été requises par le procureur général), le Washington Post assure en outre que des négociations devraient avoir lieu à l’issue de celui-ci entre les enfants de Khashoggi et le régime saoudien. L’objectif sera de fixer "le prix du sang", soit une somme de plusieurs millions de dollars que recevront les descendants du journaliste pour compenser la disparition de leur père. Le roi Salmane aurait validé le principe de ces compensations en décembre dernier.

Si les enfants de Jamal Khashoggi demandent depuis plusieurs mois la restitution du corps de leur père, cet accord financier pourrait finalement les contraindre à modérer à l’avenir leurs commentaires sur le régime de Riyad, par ailleurs accusé par la Turquie et les Etats-Unis d’avoir donné son feu vert à l’assassinat du journaliste. Le 2 octobre 2018, ce dernier, venu effectuer des démarches administratives alors qu’il vivait aux USA, avait été tué et démembré par un commando d’une quinzaine de personnes dans l’enceinte du consulat saoudien à Istanbul, en Turquie. Il dénonçait régulièrement dans ses articles l’ascension du prince héritier, Mohamed ben Salmane, au sein du régime saoudien.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter