Meurtres de deux Scandinaves au Maroc : "Tout est sécurisé, les touristes peuvent venir", affirment les professionnels

Meurtres de deux Scandinaves au Maroc : "Tout est sécurisé, les touristes peuvent venir", affirment les professionnels
International

TERRORISME – Cinq jours après la mort sur un sentier du Haut Atlas de Louisa Vesterager Jespersen, Danoise de 24 ans, et Maren Ueland, Norvégienne de 28 ans, les professionnels du secteur assurent que les touristes n’ont pas déserté. Sur place, tous considèrent que cet acte est " isolé" et que la sécurité est garantie… depuis le drame en tout cas.

"Il n’y a jamais eu de problème ici, ni le jour, ni la nuit, ni sur les sentiers, ni dans les habitations. Ce qu’il s’est passé en début de semaine, c’est horrible, affreusement triste, mais c’est un acte isolé", assure le gérant de la guest house dar Assarou à Imlil, non loin du mont Toubkal. C’est là, sur ce secteur du Haut Atlas, que deux touristes ont été sauvagement tuées à l’arme blanche dans la nuit de dimanche à lundi dernier. 

Louisa Vesterager Jespersen, étudiante danoise de 24 ans, et Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, étaient parties pour un mois de vacances au Maroc. "Elles étaient parties faire l’ascension du mont en milieu de semaine, vers le 12 décembre. Elles avaient déjà planté leur tente sur le sentier pendant leur ascension. Au retour, ça s’est mal passé, elles ont croisé le chemin de ces terroristes. On ne sait pas s’ils les avaient repérées ou non. Une victime a été retrouvée dans la tente, l’autre à l’extérieur. Et l’une d’elle a été décapitée", rappelle le gérant, très ému. 

Malgré ce dramatique événement survenu lundi 17 décembre, ni sa guest house, ni les autres établissements voisins n’ont fermé. "Il y a des milliers de touristes ici chaque année, ce qu’il s’est passé est horrible, mais cela aurait pu se produire partout ailleurs", indique l’employé d’un autre riad.

Lire aussi

25 000 personnes dans les montagnes

Selon le Conseil provincial du tourisme d’El Haouz, 25 000 se rendent chaque année dans ces montagnes. "Maren Ueland et Louisa Verterager Jespersen, retrouvées sans vie le 17 décembre dernier ont campé la veille dans une région montagneuse non surveillée, à 10 km du centre d’Imlil avant d’être assassinées sauvagement le soir même. Leurs assassins passaient la nuit dans un campement voisin depuis plusieurs jours. Et pourtant, le campement est interdit dans la région, mais les randonneurs ont fait fi de cette proscription et en l’absence de contrôle….", indique le quotidien L'Economiste, premier quotidien économique du Maroc ce vendredi. 

Nos confrères précisent également que jusqu’à lundi, "il n’y avait pas de contrôle non plus dans les refuges". Une défaillance sécuritaire qui peut exposer les personnes et leurs biens à des dangers : agressions en tous genres, vol, difficulté d’identifier une personne disparue", précisent-ils. 

"J'ai des amis qui ont croisé Louisa et Maren pendant leur trek, elles étaient joyeuses et souriantes, elles n'avaient eu aucun problème... jusqu'à cette tragédie", relate pour sa part le propriétaire de la guest house dar Assarou. 

"Il n’y a pas eu beaucoup d’annulations"

Le jour et le lendemain du drame, de nombreuses personnes sur place, Marocains ou non, ont préféré toutefois quitter les lieux. "Un suspect a été interpellé lundi. Mais pendant plusieurs jours, il y a eu un climat de suspicion dans la région. On nous parlait de bergers… Jeudi, trois autres individus ont été arrêtés. Depuis, la tristesse et là mais l'angoisse est partie et le calme est revenu. On sait qu’il y a eu ces interpellations, que les hommes soupçonnés des meurtres sont de Marrakech, qu’ils étaient menuisier ou artisan.. Pas du tout d’ici, et pas du tout bergers", dit un autre hôtelier. 

Lui comme la majorité des autres professionnels sur place affirment n’avoir eu que très peu ou pas d’annulation de visite depuis les homicides. "Tout est sécurisé, nous dit l’un d’entre eux au bout du fil. Les forces de l’ordre sont partout, pour l'instant en tout cas. Les treks ne peuvent se faire qu’avec des guides.  Les contrôles ont été renforcés et sont respectés. Les touristes peuvent venir, il n'y a pas de risque… "

Contacté par le média Le360 jeudi 21 décembre, le président du Conseil provincial du tourisme d’El Haouz, Karim Chouyoukh, a affirmé qu’aucune annulation n’avait été enregistrée par les hôteliers de la région. "Au contraire, nous continuons de recevoir des réservations pour l’année 2019. A l’heure où je vous parle, les clients de 12 agences de voyage marocaines se trouvent sur le site, sans compter les touristes relevant des tour-opérateurs étrangers ou encore les randonneurs individuels", souligne Karim Chouyoukh.  

 

Le centre du village d’Imlil compte une trentaine d’établissements touristiques, dotés d’une capacité de 1200 lits dont 400 lits sur l’axe qu’empruntent les randonneurs en allant vers le sommet du Toubkal. "Pour les touristes individuels, une fois arrivés à Imlil, il leur est conseillé de prendre contact avec le bureau de l’association des guides de montagne pour se renseigner sur les parcours à emprunter et les précautions à prendre pour effectuer la randonnée dans de bonnes conditions", rappelle le président du Conseil provincial du tourisme d’El Haouz. 

Recommandations du ministère des Affaires Etrangères

Dans la soirée du jeudi 20 décembre, le ministère des Affaires étrangères a publié des recommandations à l'égard des Français amenés à se rendre au Maroc pour raisons personnelles ou professionnelles.

"Deux touristes européennes effectuant une randonnée dans le haut Atlas ont été assassinées. Il est recommandé de faire preuve de la plus grande vigilance dans les déplacements, notamment dans les zones isolées. Pour les excursions en montagne, il est recommandé de ne pas partir seul et de contacter un organisme de voyage agréé", peut-on lire sur le site du ministère.

Depuis lundi, treize personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête. Dans une vidéo enregistrée avant les meurtres, quatre d'entre elles, soupçonnées d'être les auteurs des assasinats, prêtent allégeance au chef du groupe Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent