Mexique - Disparition des 43 étudiants : le Parlement du Guerrero incendié

International

VIOLENCES - Alors que la preuve du massacre des 43 étudiants disparus fin septembre n'a toujours pas été apportée, les violences se poursuivent dans l'Etat mexicain du Guerrero. Mercredi 13 novembre, près de 150 enseignants ont mis le feu au Parlement local.

Il ne se passe désormais plus un jour sans que des violences ne projettent sur le devant de la scène l'Etat du Guerrero, situé au sud du Mexique. Après avoir bloqué lundi pendant plusieurs heures l'aéroport international d'Acapulco, mis le feu mardi au siège local du parti du président et pris en otage le numéro deux de la police de l'Etat, près de 150 protestataires ont incendié mercredi le Parlement du Guerrero à Chilpancingo.

Les images diffusées par l'agence Ruptly sont saisissantes et témoignent une fois de plus du chaos qui s'est installé dans cet Etat, où ont disparu fin septembre 43 étudiants. On y voit un homme jeter un cocktail molotov dans la salle où siègeaient les élus locaux, qui est ensuite en proie aux flammes. Des hommes cagoulés et casqués saccager le reste du Parlement, brûler des documents et plusieurs voitures à l'extérieur. Et d'autres tenter de repousser le feu avec un petit extincteur avant l'arrivée des pompiers.

Enseignants radicaux

Ces casseurs, repartis à bord de plusieurs pick-up et visiblement organisés, étaient constitués en majorité d'enseignants de la région appartenant selon l'AFP à la Coordination enseignante du Guerrero, un syndicat devenant de plus en plus radical.

Les protestations s'expliquent par le mécontentement des étudiants et des enseignants du Guerrero contre les autorités locales, impliquées selon l'enquête dans la disparition des 43 étudiants le 26 septembre aux alentours d'Iguala. Face à ces protestations, les forces de l'ordre sont font d'ailleurs très discrètes.

Colère

Après l 'annonce par le gouvernement national vendredi 7 septembre que les étudiants auraient été tués et brûlés par des membress du groupe criminel Guerrero Unidos, l'espoir reste mince de les retrouver en vie. Mais la colère contre la corruption des autorités locales ne semble pas prête de retomber.

EN SAVOIR +
>> Mexique : un mois et demi après, que sait-on de la disparition des 43 étudiants ?
>>
Le maire en cavale arrêté
>> Un chef de la police pris en otage par des manifestants

Lire et commenter