Mexique : pressé par Valérie Trierweiler, Hollande réagit au cas Versini

Mexique : pressé par Valérie Trierweiler, Hollande réagit au cas Versini

International
DirectLCI
DIPLOMATIE - En visite au Mexique, le chef de l'Etat a assuré que la France "n'abandonne personne" à propos du cas de Maude Versini. Cette jeune femme est en conflit avec son ex-mari mexicain, qu'elle accuse de retenir illégalement ses enfants. Et elle est soutenue par l'ancienne compagne du président français.

Arrivé jeudi au Mexique avec dans ses bagages le cas embarrassant de Maude Versini, soutenue la veille par Valérie Trierweiler , François Hollande n'a pas tardé à faire connaître sa position sur le sujet. "Il peut y avoir des ressortissants français qui, à la suite de séparations, de drames conjugaux, peuvent être séparés. Sachez bien que la France sera toujours à vos côtés, qu'elle n'abandonne personne, aucun ressortissant", a affirmé le chef de l'Etat devant la communauté française de Mexico, jeudi soir.

Sans citer le nom de la jeune femme, il a donc répondu à l'appel de cette dernière, en conflit avec son ex-mari mexicain, qu'elle accuse d'avoir enlevé ses trois enfants et de l'empêcher de les revoir depuis plus de deux ans. Une situation délicate pour la diplomatie française, l'ancien mari en question étant Arturo Montiel, ex-gouverneur de l'Etat de Mexico et très proche de l'actuel président, Enrique Pena Nieto.

"Une solution humaine"

Un peu avant l'intervention de François Hollande, Laurent Fabius, également du voyage, avait aussi évoqué cette "situation très difficile". "Chacun comprend les problèmes lourds que cela pose pour une mère d'être séparée de ses enfants. Nous faisons confiance à la justice mexicaine mais en même temps nous souhaitons évidemment qu'une solution humaine soit trouvée", a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Les responsables français restent très prudents, alors que l'objectif de ce voyage est de renouer des liens diplomatiques et commerciaux. Les relations entre les deux pays avaient déjà été nettement fragilisées par l'épilogue de l'affaire Florence Cassez il y a un peu plus d'un an.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter