Mexique : un mois et demi après, que sait-on de la disparition des 43 étudiants ?

International
ENQUÊTE - Il y a près d'un mois et demi, 43 étudiants mexicains disparaissaient près de la ville d'Iguala après l'attaque de leurs bus par la police et les narcotrafiquants. Aucun n'a été retrouvé depuis. Metronews fait le point sur les dernières avancées de l'enquête.

C'était il y a un mois et demi. Le 26 septembre, 43 étudiants disparaissaient près de la ville d'Iguala, dans le sud du Mexique, après l'attaque de leur bus par la police locale aidée de narcotrafiquants. Six de leurs camarades avaient été tués ce jour-là, et 25 blessés.

Où en est l'enquête ?

Le ministre mexicain de la Justice a annoncé vendredi que trois membres présumés d'un groupe criminel ont avoué avoir tué plus de 40 étudiants , brûlé leurs cadavres puis jeté les restes dans une rivière. Mais les parents des étudiants disparus refusent d'y croire, faute de preuves.

Dans tous les cas, aucun des disparus n'a officiellement été retrouvé, même mort. Les autorités mexicaines sont toujours "dans l'attente" de nouvelles analyses menées par des experts argentins pour déterminer si les 28 corps retrouvés dans une fosse commune clandestine début octobre sont ceux des étudiants.

EN SAVOIR + >> Mexique : les cadavres retrouvés ne sont pas ceux des étudiants

Certains de ces étudiants ont-ils été brûlés vifs sur un bûcher ? C'est ce qu'affirmait un prêtre mexicain mi-octobre sur la base de deux témoins qui se seraient confiés à lui. Mais l'information n'a pas encore été confirmée par les autorités judiciaires. Depuis le début de l'affaire, 74 personnes ont été interpelés, dont au moins 22 policiers d'Iguala et 14 de la ville voisine de Cocula.

L'ex maire d'Iguala va-t-il tout déballer ?

José Luis Abarca, l'ex maire d'Iguala qui avait pris la fuite avec son épouse le jour de la disparition des étudiants, a finalement été arrêté mardi à Mexico. Il est l'un des principaux suspect dans cette affaire et son témoignage pourrait se révéler crucial.

EN SAVOIR +

>> José Luis Abarca, le maire d'Iguala suspect numéro 1

>> Etudiants disparus au Mexique : le maire en cavale arrêté

Le 26 septembre, c'est lui qui aurait ordonné l'enlèvement des étudiants. Sa femme, Maria de Los Angeles Pineda, n'est autre que la sœur de plusieurs narcotrafiquants locaux, dont l'implication dans l'attaque du bus des étudiants ne fait plus de doute.

La colère de la population va-t-elle s'intensifier ?

Vue l'incapacité des autorités à élucider l'affaire et la multiplication des manifestations de colère ces dernières semaines, il est probable que les protestations aillent crescendo. Dans la nuit de samedi à dimanche, des milliers de manifestants se sont réunis autour du palais présidentiel, dans la capitale Mexico, incendiant la porte principale.

Dans l'Etat du Guerrero, dans lequel les étudiants ont disparus, près de 300 manifestants ont brisé des vitres du gouvernement régional et incendié une dizaine de véhicules, réclamant le retour en vie des jeunes.

Depuis leur disparition, le siège du gouvernement régional et la mairie d'Iguala ont été incendiées. Des manifestations ont aussi dégénérées dans la capitale Mexico. Et ces tensions ne risquent de retomber que si les étudiants sont retrouvés vivants.

EN SAVOIR + >> Une manifestation pour les 43 étudiants disparus dégénère à Mexico

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter